Vulgarisation scientifique : Jean-Claude Ameisen à France-Inter

Publié le par Agnès Lenoire

http://lasculptureduvivant.free.fr/jc%20photo%20low%20res.jpg

Juillet 2010. Le magazine hebdomadaire du Monde du samedi 10 présente Philippe Val en couverture et nous livre, en pages intérieures, un entretien avec lui sur les tensions au sein de la rédaction de France Inter. C’est dans cet entretien que j’ai appris que P. Val avait demandé à Jean-Claude Ameisen, professeur à l’université Paris Diderot/CHU Bichat, biologiste, chercheur, membre du Comité Consultatif National d’Éthique, d’assurer une chronique scientifique sur les ondes du service public chaque samedi de 11h 05 à midi : Sur les épaules de Darwin.

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41aP8M5H%2B6L._SL500_AA300_.jpgJean-Claude Ameisen est un très grand vulgarisateur. C’est déjà sur les ondes de France Inter que je l’avais découvert à l’occasion de la parution de son dernier ouvrage Dans la lumière et les ombres. À cinq heures du matin, alors que j’étais sur la route vers le sud de la France, j’écoutais la belle voix grave et posée de monsieur Ameisen nous parler de Darwin, de la biologie, de la mort cellulaire créatrice. J’ai été captivée. J’ai alors fait l’acquisition de son livre, et l’ai dévoré. Son écriture est à l’image de son élocution : fluide et déliée, ferme et convaincante. Un peu plus tard, à l’Ascension 2009, Jean-Claude Ameisen est venu au festival des sciences de Chamonix, à deux pas de chez moi, donc, pour une conférence-débat en soirée qui a fait salle comble.

 

La première de son émission, samedi 4 septembre, fut une réussite. Ameisen a un réel talent de conteur. Mis au service d’un contenu solide, d’une immense culture à la fois historique et scientifique, ce talent fait mouche dans l’esprit du grand public. Ameisen replace les découvertes de Darwin dans son contexte historique, il nous aide à décrypter les origines et les conséquences de l’émergence d’une théorie révolutionnaire. Il nous explique ses apports à la science moderne, mais aussi comment certains ont détourné cette théorie vers de terribles dérives.

 

Après avoir écouté Ameisen, l’auditeur comprend alors combien la vulgarisation est importante, combien il faut que le grand public comprenne bien les enjeux des découvertes scientifiques afin de ne pas se laisser  embarquer vers des chemins pervertis qui n’auraient plus rien de scientifique. Je pense au président de la République, qui a tenté d’utiliser une étude de l’INSERM de 2005, assez ambiguë il est vrai, pour pouvoir affirmer qu’il fallait détecter les futurs délinquants dès la maternelle. Nous avons un président particulièrement inculte, alors redoublons de vigilance et écoutons nos grands scientifiques !

 

Mon enthousiasme pour certaines émissions de France Inter, comme Sur les épaules de Darwin, La tête au carré, ou la nouvelle tranche culturelle de Philippe Colin (La panique au Mangin palace  du dimanche matin) qui s’appelle 5/7 Boulevard, ne m’ont pas rendu oublieuse de certaine trahison du service public : le renvoi de nos humoristes Porte et Guillon. Contrairement à ce que croient nos politiciens, les petites gens n’oublient pas aussi vite. Je ne décolère pas !

 

Photo de J.-C. Ameisen : par David Ameisen, prise sur le site http://lasculptureduvivant.free.fr/


Publié dans Sciences

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

marcou 06/06/2011 11:29



A Monsieur Jean Claude Ameisen.


Je viens d'écrire un texte de quelques pages qui s'intitule "Darwin et l'art", où je me permets de citer un extrait de votre livre que je lis et relis "Darwin et le bouleversement du monde": "
D'une part, dit Darwin, l'adaptation devient de plus en plus parfaite -une marche inéluctable vers le progrès. Mais d'autre part, cette perfection n'est que relative: elle ne peut se juger qu'en
termes de capacité de survie et de reproduction des autres êtres vivants de la même espèce, et d'autres espèces, qui partagent le même écosystème."


 Dans mon texte j'écris ceci:" C'est ici que l'art rejoint la science. En effet la Beauté est inséparable du contexte et de l'environnement, beaucoup plus liée à la fonction qu'on ne le
pense. En art comme en science, nous devons prendre en considération la nature, l'origine de la vie, et l'évolution. Cela me parait prioritaire.


Or je découvre aprés l'avoir oublié que vous avez aussi écrit un livre dont le titre est: "Quand l'art rencontre la science." C'est extraordinaire car mon subconscient a dû intervenir dans le
choix de mon sujet. Personnellement je suis pour la supression des frontières entre les disciplines et les techniques, mais évitons cependant les amalgames. Et vous qu'en pensez vous, Monsieur
Ameisen? Merci de me répondre, de visiter aussi mon blog et d'y laisser un commentaire: claudemarcou.over-blog.com


Cordialement,


Claude marcou



Norbert Gabriel 05/09/2010 17:40



Salut


 


tout-à-fait d'accord acec vous, la première semaine d'humour à 8H55 a été désastreuse, jusqu'à l'arrivée impromptue de Morin, et bien sûr celle de François Morel, je ne comprends même pas que
Mezrahi ait proposé "ça" pour cette tranche horaire.


Parmi les suprises, et pas les bonnes, l'éviction de Manuel Pratt par Stépahne Bern pour une chronique qui n'était pas plus acidulée que celles de Morin, ou de Régis Malhot...


Drôle de semaine de rentrée... 


Pour le dimanche, il  me semble que les magazines comme celui de Paoli n'est pas à la bonne place...  Idem pour la tranche 15-16 h...   comme si on vait casé là des rescapés
qu'on ne savait pas où loger.


 


Cordialement


 


Norbert Gabriel