Votre professeur est incompréhensible ? C’est un extraterrestre !

Publié le par Agnès Lenoire

Embouteillage-sans-texte.JPGLa 20th Century Fox International a mené une étude sur un millier d’élèves britanniques de 5 à 16 ans, à l’occasion de la sortie en DVD du film Aliens in the Attic. Cette étude montre qu’un tiers des jeunes croit qu’un de leur professeur peut être un extraterrestre, et les trois-quarts qui ne le croient pas pensent qu’il en existe  quelque part dans l’univers.

 

Une psychologue, Laverne Antrobus, que l’on trouve dans des émissions TV de coaching de parents, affirme que c’est normal, parce que les enfants ont tendance à « fantasmer énormément ». Ils se « construisent des mondes imaginaires ».

 

Je ne comprends pas pourquoi « se construire » des mondes imaginaires devrait mener aux croyances. Tout cerveau non atteint de pathologie est capable de faire la différence entre imagination et réalité. Nous regardons tous des fictions qui nous fixent à l’écran, puis le film terminé, on reprend une vie normale, en sachant, sans même se poser la question, que la fiction reste à sa place.  

 

Il en est de même pour les enfants. Sauf que pour eux, les moments dédiés à l’imaginaire sont beaucoup plus nombreux que pour nous, d’où l’impression qu’ils empiètent sur leur quotidien.  Pourtant, aucun enfant, sauf pathologie, ne croit vraiment que les monstres qui peuplent ses contes préférés ne vont surgir dans la réalité. Bien sûr, une ambiance trop effrayante au moment du coucher (lecture de contes) peut induire un mal-être et des cauchemars, mais le sommeil éteint une partie de la raison, les rêves se nourrissent du contenu de la journée. Ils se situent à un « entre-deux » de la raison, ou naviguent au cœur de délires. C’est un territoire encore inconnu, quoiqu’en disent les psychanalystes qui prétendent en détenir les clés. Autant ne pas introduire d’histoires monstrueuses avant la nuit si un enfant est anxieux.

 

Ceci dit, pourquoi des enfants normaux font-ils l’amalgame entre la réalité (leur professeur devant eux en cours) et leur imaginaire (les jeux-vidéos et films sur les aliens) ? Leur réponse est-elle sérieuse ? N’ont-ils pas répondu par la dérision ? Le monde des profs est si déroutant, si lointain pour les élèves ! Ne serait-ce pas la partie la moins scolaire des enfants qui a répondu ainsi, pour mieux exprimer combien les professeurs  vivent dans un monde parallèle au leur ? On ne le saura pas bien sûr, puisqu’on ne sait pas quelle était la formulation exacte de la question, ni dans quelles conditions elle a été posée.

 

D’une manière plus générale, je trouve inquiétante cette mode de superposer imaginaire et raison en comparant des créations d’artistes à la réalité. On ne cesse de critiquer les films sur la base de leur cohérence avec la science (Avatar n’y a pas échappé), ou bien des romans sont pris pour des docus (Da Vinci Code). Le roman, comme la fiction télévisuelle, doivent rester libres. Ils sont bien évidemment à soumettre à la critique, mais les passer au crible de la réalité est un contre-sens. Le risque de créer une confusion des genres existe, ce qui pourrait en partie expliquer que le cerveau des jeunes ait du mal à s’y retrouver.

 

Source de l’info initiale : http://7sur7.be/7s7/fr/1504/Insolite/article/detail/1061703/2010/02/01/un-eleve-sur-trois-pense-que-son-prof-est-un-alien.dhtml

 

Publié dans Éducation

Commenter cet article

arnould 04/02/2010 14:01


Bonjour,
je crois quand m^me que les enfants ont bien du mal parfois à faire la part des choses. Parce qu'ils n'ont pas vécu, tout simplement. Il ne faut peut-être pas voir les choses en adulte, s'il
s'agit d'enfants.
Un exemple : quel croyant à la m^me foi dans son viel âge que dans son enfance "enchantée" (lorsqu'il a eu la chance qu'elle le soit!) ? Il lui est sûrement bien difficile d'être "comme un petit
enfant".
Quant à la réponse de ces enfants, elle ne m'étonne pas trop. Bien sur il peut y avoir eu "bravade". Mais ne croyez vous que bien des adultes croient que les extraterretres existent (d'ailleurs ils
n'en pas forcémen torts), et m^me certains, non pathologiques, sont persuadés d'en avoir rencontré (là, il faut voir, si j'ose dire). Alors des enfants, a fortiori.
Pou ce qui est des fictions bien sur elles doivent être libres; Mais annoncées comme fiction. Si je mesouviens bien, le problème du Da Vinci Code est qu'il a été présenté comme un roman basé sur
des faits réels. C'est écrit dans la présentation du  livre par l'auteur. "anges et démons", antérieur en fait au DVC n'avait pas cette introduction (fumeuse soyons juste), il n' a pas eu le
m^me succès initialement. Il l'a connu après le DVC, probablement par influence. Ceci dit j'ai passé un bon moment en lisant l'un et l'autre, pas" intelo" certainement, mais agréable. Il ya le docu
argumenté, la docu fiction et la fiction, trois mondes à part. C'est aux parents et aux éducateurs d'apprendre à leurs enfants de faire cette part.


all 04/02/2010 08:59


La lecture de votre billet nous montre simplement que vous avez quitté définitivement le monde de l'enfance... Hey ! ne soyez pas triste, il faut bien grandir un jour.
De vos propres mots vous ne comprenez pas pourquoi l'imagination entraine la croyance, posant ainsi une relation de causalité à ce qui est simplement corrélé. Alors que l'imagination de
l'enfant peut inférer sur ce qu'il croit, certes, comme elle peut au contraire lui servir à se défaire de ses croyances (ou celles d'autrui) et rationaliser.

Quant au sondage sur le prof/E.T pour 1/3des élève j'ai un sérieux doute, ou bien alors il faut se poser de graves questions sur la pédagogie.