Vive la paternité !

Publié le par Agnès Lenoire

 

MM900336900.GIFUne étude parue lundi dans les Annales de l’Académie Nationale américaine des sciences (PNAS) qui portait sur une cohorte de 624 hommes de 21 à 26 ans, suivis pendant quatre ans, a montré que leur taux de testostérone avait baissé après la naissance de leur enfant.

L’étude avait déjà été menée, mais pas sur une assez longue période pour que l’on discerne si c’est la paternité qui fait descendre le taux hormonal ou bien si ce sont les petits porteurs de cette hormone qui se sont reproduits.

Sur une période de 4 ans, il devenait possible de déterminer le taux avant et le taux après.

Le résultat est infiniment étonnant pour tous les croyants en une  biologie hyper-déterministe, qui fixerait le taux d’hormones à la naissance. On constate une fois de plus que l’environnement, les contraintes émotionnelles, sociales, poussent l’organisme à opérer un changement pour mieux assumer ses nouvelles fonctions.

 Et comme les jeunes hommes d’aujourd’hui s’occupent de plus en plus de leurs petits - je le constate tous les jours à l’école maternelle - il y a de grandes chances que nos compagnons soient plus apaisés qu’autrefois.

Gare aux grincheux, psychanalystes, pédiatres, qui vont crier à la féminisation galopante de la société ! Ceux-là ont une définition bien archaïque de la féminité et voient de la féminisation là où il ya de l’amour, du soin, et de l’éducation, accessibles aux femmes comme aux hommes.

Tant pis pour eux, et vive la paternité !

Source de l'info : Nousvousils, l'e-mag de l'éducation  

Publié dans Sciences

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

voyance gratuite par mail 15/03/2016 14:43

Merci beaucoup pour tout ce que tu partages... Ton site est rempli de bonnes idées!
Bonne continuation, et encore merci!

clovis simard 18/11/2011 12:06


Blog(fermaton.over-blog.com).No.20- THÉORÈME DE JEAN.


L'AMOUR ET ENCHANTEMENT ?

Wackes Seppi 31/10/2011 12:45



Ah, ces querelles de mots dans un univers monolingue. Notre école maternelle s'appelle école enfantine chez nos cousins Hélvètes.


 


Dans beaucoup de pays, on utilise kindergarten (pour les monolingues : jardin d'enfants). Pas de sexisme linguistique, donc.


 



all 14/09/2011 12:55



 "Et comme
les jeunes hommes d’aujourd’hui s’occupent de plus en plus de leurs petits - je le constate tous les jours à l’école maternelle"


Elle se nomme école maternelle, et qu'on le veuille ou non cet investissement par les pères d'un
espace reservé jadis aux mères (et professionnellement aux femmes) signifie donc bien une féminisation de la société humaine.Quant à l'espèce humaine nous manquons de recul pour vérifier si ce
changement s'observe biologiquement, s'il y a coincidence, corrélation ou causalité entre des variations hormonales et des comportements sociaux.


Toutefois, et pour rester dans le sujet, un ajustement du taux de
testostérone après la naissance peut-être un mécanisme mis en place par l'évolution, commun à d'autres espèces (à l'instar de l'ocitocyne femelle), et indépendant des facteurs environnementaux
évoqués dans ce billet - l'agressivité étant reservée à la période de reproduction, elle devient ensuite dangereuse pour la progéniture.