Un dossier sur les canulars dans Ciel et espace

Publié le par Agnès Lenoire


 

http://www.cieletespace.fr/files/imagecache/img_210x280/files/magazine/476_gde_couv.jpgLa revue Ciel et espace de janvier 2010  nous propose un dossier sur les canulars scientifiques, plus particulièrement liés au ciel, et en fait sa une de couverture. Le dossier est préparé par David Fossé et se décompose en trois parties : présentation de quelques canulars récents avec les commentaires de Guillaume Brossard, fondateur du site hoaxbuster, puis entretien avec A. Gattolin, maître de conférences à Paris 3 et spécialiste des sciences de l’information, enfin « petite histoire du faux en science », sorte de panorama non exhaustif -sous forme de vignettes-  des grands canulars de l’histoire des sciences.

 

Dans la première partie, nous nous interrogeons donc sur les raisons de la production de tant de canulars. Peut-être parce que « la science se frotte aux frontières de la connaissance et produit sans cesse du nouveau, de l’inattendu, voire de l’incongru ? ». G. Brossard précise que « canular » est un terme fourre-tout, qui regroupe à la fois le mensonge et la rumeur. Le tout s’appelle aussi « intox ». Il nous décrit les derniers-nés sur la toile : les virus marketing ; il nous en donne un exemple, récent et des plus frappants,  celui des producteurs du film 2012, qui, pour préparer la sortie du film avec des spectateurs bien formatés, ont peaufiné une vraie campagne marketing « virale » : propagation de la rumeur d’apocalypse pour 2012, via un site internet créé tout spécialement par Sony Pictures : L’institut pour la continuité humaine. J’ai visité un peu ce site, j’y ai appris que l’on pouvait être tous assurés que « la fin du monde n’était qu’un commencement », mais aussi qu’on pouvait déjà voter pour avoir un nouveau leader pour l’après-2012. Là je me suis précipitée, bien sûr, espérant que 2012, avec son lot de drames annoncés, aurait au moins un avantage, celui de nous faire à coup sûr changer de président. Mais c’est raté, les élections pour 2012 sont fermées sur instituteforhumancontinuity. Ah, ah, si j’étais superstitieuse, j’y verrais un mauvais présage… 

Le site dévoile un peu son statut de canular avec des sondages humoristiques. Tôt ce matin, j’étais invitée à répondre à la question suivante : « Qu’est-ce qui vous manquera le plus après 2012 ? » - après la fin du monde, donc : « le trafic automobile, la pollution ? »  Mais à l’heure où j’écris ces lignes, le sondage a changé. Il s’agit à présent de dire le sport que l’on aimerait voir rétabli après 2012 : le basket, le stock-car, le foot ?  Il y aurait donc encore des sportifs après 2012, pas que des éclopés ?

Avec un peu de vigilance et d’observation, on peut donc deviner que ce site est un canular.

 AstronomeOVNI.JPG

C’est dans la seconde partie, au cours de l’entretien avec André Gattolin, que l’on lit que la plupart des canulars contiennent les éléments qui  peuvent les faire démasquer : « Un bon canular doit donner le sentiment rassurant de la normalité, tout en présentant des indices évidents de la farce qui se joue. » A. Gattolin remarque que la science se prête particulièrement bien au jeu du canular, parce qu’on lui prête des vertus de vérité.  Il ajoute que les canulars sont nés pendant la révolution industrielle, profitant de la nouvelle techno-culture et de l’essor des grands médias. Entre 1835 et 1860, c’est douze canulars que l’on trouve dans la presse !

 

La dernière partie est une série d’histoires de canulars depuis le premier répertorié en 1835 dans le New York Sun (l’existence d’habitants sur la Lune) jusqu’à la météorite de la Lettonie en 2009 (marketing viral de tele2), en passant par les crop-circles fabriqués par des extraterrestres ou les visages sur Mars.

 

Le dossier vous présente enfin, dans un encadré, une méthode pour réduire au maximum les risques de se faire piéger par un canular :

1 Aller sur un site de démystification pour voir si l’info y est présente (hoaxbuster, hoaxkiller).

2 Chercher à détecter les manœuvres visant à faire peur, à soutirer de l’argent, à apitoyer.

3 Chercher la source indiquée. Si introuvable, méfiance !

4 Consulter d’autres sources sur le même sujet. Consulter des spécialistes du sujet.

 

L’édito de ce numéro, signé par Alain Cirou, porte le titre : L’arche de Noé.  Tout un programme, qui se situe quelque part entre culte de l’environnement et angoisse de l’apocalypse. 

Publié dans Canulars

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Charles 25/01/2010 22:15


2 Chercher à détecter les manœuvres visant à faire peur, à soutirer de l’argent, à
apitoyer.C'est incroyable comme cela s'applique bien aux religions
!La peur de Dieu
La dime ou obole, ou encore les "dons"L'apitoyement sur le sacrfice de Jésus !

Bien à vous et merci de votre visite sur mon blog.



Didier Barthès 09/01/2010 17:37


Ciel et Espace a oublié le principal conseil pour voir si on est en présence d'un canular : Réfléchir
Cela n'est pas infaillible mais c'est essentiel
Bien amicalement