Les dangers de l’identité nationale à l’école

Publié le par Agnès Lenoire

"J'ai connu une époque où l'identité nationale était le seul principe concevable des relations entre les Etats. On sait quels désastres en résultèrent." Cette phrase est de Claude Lévi-Strauss, Paris 2005 (blog d'Edwy Plenel).

 
M. Fillon a souhaité que le débat sur l’identité nationale entre à l’école.  Attention, danger… Cette notion très réductrice, reprise aux pires heures de notre histoire pour alimenter les haines, n’a pas sa place à l’école. Pour autant, les questions de citoyenneté doivent y être abordées et travaillées dans leur pluralité et leur extension. Les programmes sont à ce titre assez bien fourni. Ils nous permettent de réfléchir avec les élèves à une façon de conjuguer les différences dans un même pays : ces idées s’appellent « vivre ensemble », « devenir élèves », « république », « laïcité », « droits de l’homme », « CIDE ». La liste n’est pas exhaustive.

 

Le débat portant sur l’identité nationale n’est porteuse d’aucune ambition et pousse devant elle le risque d’exclusion. Elle n’a pas sa place à l’école, sauf sans doute, puisque les enfants vont en entendre parler, pour une séance de « philosophie » critique. Et dans les classes, contrairement au site internet dédié au débat, il n’y aura pas censure.

 

Les syndicats s’insurgent sur cette incursion de l’identité nationale dans l’école.

« L’identité nationale » est une notion qui crée plus de divisions que du consensus dont l’Ecole a besoin" note le Se Unsa en réponse à M. Fillon. »

 

« Si débat il doit y avoir aujourd’hui il doit d’abord porter sur le « vivre ensemble » : comment créer les conditions pour que tous ceux qui vivent en France se sentent appartenir à une même société et relever d’une même citoyenneté ?.... » précise la FSU.
.................


Illustration : Traité de morale des classes supérieures, année scolaire 1940-1941

Publié dans Démocratoc

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

France Fidèle 07/11/2009 07:26


Bonjour Madame,

Je pense que les syndicats se trompent fortement en prônant le débat sur le "vivre ensemble", en esquivant le débat sur la Nation. Cependant, je suis d'accord avec vous sur le fait que le débat
politique sera stéril, et n'apportera rien de bon...

Pour moi, il faudrait redéfinir le terme de Nation, avant de définir l'identité Française (car c'est bien de cela qu'il s'agit). Et c'est là que le bât blesse car il est évident que dans le sens
politique et juridique de la Nation, la France n'en est plus une.

En droit, la Nation est une conception française subjective, dont l'initiateur était Ernest Renan (XIX°) qui disait qu'une Nation existait si les citoyens qui la constituait avait une histoire
commune, et surtout une parenté spirituelle.

Cette parenté spirituelle se caractérisait par le fait que tous les citoyens, quelque soit leur manière de penser et leur conviction, réagissaient de la même manière face à une même question...
Nous pouvons aisément voir qu'en France, quelque soit la question, elle est loin de faire l'unanimité !


Paul Laurendeau 06/11/2009 13:38


Votre identité nationale est ethnoculturellement en bonne partie gastronomique. Je ne plaisante absolument pas. En France, on mange bien

http://ysengrimus.wordpress.com/2008/04/29/la-france-gastronomique-ce-nest-pas-une-legende/

...pour des raisons parfois douloureuses, mais bon… Sauf que ceci est remis en question. Votre expertise identitaire est requise. En France, au jour d’aujourd’hui, on mange bien ou mal? C’est un
trait national ou non? Venez nous éclairer, s.v.p.
Paul laurendeau