JFK contre Roswell : le relativisme historique à l’honneur

Publié le par Agnès Lenoire

 

 

Les-grandes-enigmes.JPGJ’ai sous les yeux un livret édité par Librio qui vaut son pesant d’or : Les grandes énigmes de l’histoire, par Kevin Labiausse.  En le voyant, deux choses réveillent la petite voix rationaliste en moi : la couverture, d’abord, parce qu’elle  présente un extraterrestre pur jus : long gringalet, grosse tête en poire renversée, yeux comme des grottes, oui c’est bien lui, Roswell ! Et puis le sous-titre : de l’Atlantide à la mort de JFK.

 

Si, comme moi, vous aviez l’habitude de faire une différence de statut (et de traitement intellectuel) entre l’enquête pour découvrir l’assassin de JFK, et les élucubrations des ufologues, oubliez vite cette distinction vainement rationnelle. Dans ce livre, tout y est pêle-mêle : la religion, avec une part non négligeable accordée à la bible : le déluge, la tour de Babel, le suaire de Turin, les mines du roi Salomon, Lourdes, mais aussi les mythes : le monstre du Loch-Ness, l’Atlantide, le triangle des Bermudes. Que reste-t-il à l’histoire ? Bien peu de pages en fait ! L’assassinat de JFK, la mort de Louis XVII,  la mort de Napoléon, Anastasia.

 

Le gros défaut de ce livre est donc le mélange des genres. Cette confusion aurait pu être atténuée en séparant les chapitres en deux parties : par exemple une  partie « Faits historiques non résolus » et une autre « Mythes et légendes».  Mais le plus grave c’est que le contenu même des chapitres n’apporte aucun éclairage critique, ne démystifie aucune légende, mettant ainsi sur le même plan la croyance, la valeur d’un écrit biblique, et les faits historiques établis, avec leur cortège de questions restées sans réponse. C’est assez grotesque.

 

Par exemple, le chapitre sur le suaire de Turin se conclut par : « Le suaire de Turin, objet de ferveur pour les uns, continue d’être un sujet de questionnements et d’affrontements scientifiques pour les autres. » L’auteur, K. Labiausse, connaît mal ce dossier. Il n’y pas d’affrontements scientifiques sur ce sujet, seulement des divergences entre illuminés et scientifiques.  Lire l’étude du professeur Henri Broch à l’adresse de son laboratoire (Université Nice-Sophia Antipolis).  Le suaire est bien un faux du Moyen-Âge, époque coutumière des fausses reliques.

 

Et que penser du chapitre consacré à Nostradamus ? L’auteur en pense beaucoup de bien, lui. Il énumère soigneusement les bonnes prédictions réalisées par lui :


page 46 : « Nostradamus n’a-t-il pas dans ces vers prophétisé l’assassinat du duc de Guise ? », « Nous retrouvons dans ces vers les éléments de l’événement du 30 juin 1559 […] »

page 47 : « Il annonce la condamnation à mort de Charles 1er […] », « La dernière ligne n’évoque-t-elle pas les troubles meurtriers de la Révolution ? »

page 48, pour la conclusion, « […] comment ne pas être troublé par tant de prophéties que l’histoire a validées ? »

Bigre, je vais finir par y croire !

 

Comment ne pas être effaré par tant de crédulité et de relativisme ?  Mettre toutes les connaissances sur le même plan, c’est à la fois la grande tendance et le grand danger de notre vie intellectuelle.

Cela ne signifie pas que les croyances, la religion, et les mythes ne fassent pas partie de notre histoire. L’histoire intellectuelle de l’être humain est façonnée à la fois par ses mythes, premiers signes de l’accès à l’abstraction par le cerveau, et par sa  quête permanente de compréhension, de logique, de preuves. Ces deux facettes de notre manière d’appréhender le monde peuvent vivre côte à côte, mais pas mélangées. Le relativisme, en mixant toutes les idées, ne permet plus la distinction, pourtant naturelle, entre rationnel et irrationnel.

 

Voir un ouvrage à 3 euros, qui va donc se vendre comme un petit pain, propager le relativisme historique, est assez désolant. L’auteur n’en est pas à son coup d’essai : il a aussi publié Les grands discours de l’histoire. Et la série des discours commence par…. ça ne s’invente pas : celui de Moïse sur le mont Sinaï ! pour se terminer par celui de Villepin à l’ONU. Pauvre Villepin !

Publié dans Mythes

Commenter cet article

un passant 10/09/2010 13:23



Dieu, il y a 6000 ans, a déposé le suaire avec juste ce qu'il faut de radiations déiques pour que les calculs de datation et autre méthodes à base de pollens arrivent à la conclusion que l'époque
de création est médiévale.


Un dieu ça peut tout, c'est même à ça qu'on le reconnait.



Yves Lignon 09/09/2010 15:31



Un scientifique s'appuyant sur ses connaissances acquises et contestant  (peut-être à tort d'ailleurs puisque l'erreur est humaine mais là n'est pas la question) la validité de l'hypothèse
selon laquelle le suaire de Turin est un faux moyenâgeux serait donc ipso facto un illuminé ? 



Grasyop 09/09/2010 11:27



J'ai appris à prendre ce genre de bla-bla avec un peu de recul. L'objet de ce genre de livre n'est pas d'établir la vérité, encore moins d'éduquer à la méthode scientifique. Non, l'objet est
simplement de vendre un peu de rêve (et la demande pour ça est forte). Au vu des questions citées, l'auteur me semble jouer sur l'ambiguïté pour laisser les gens imaginer que, peut-être... Et les
lecteurs eux-mêmes ne sont sans doute pas dupes, ils se prennent au jeu s'ils le veulent bien. Évidemment, ça ne peut pas satisfaire un esprit rationnel, mais ça me paraît tout de même bien moins
nocif que d'autres discours, affirmatifs, péremptoires, et aux dégâts matériels bien concrets, comme en tiennent souvent les astrologues ou les religieux. Ce bouquin, c'est juste de l'édition de
caniveau, sans plus.



Norbert Gabriel 09/09/2010 10:50



Chère Agnès


alors comme ça vous doutez du discours de Moïse sur le mont Sinaï ???  pourtant il y avait bien Raêl ce jour-là ? ah je confonds avec le professeur Choron ? possible..


En effet, publier des balivernes dans une collection populaire, censée diffuser la culture au plus grand nombre est une imposture grave.


Mais il y a encore pas mal de gens qui croient que le soleil tourne autour de la terre, alors ..


Grotesque est le terme approprié pour qualifier ce livre, et un peu scandaleux aussi..


Cordialement


Norbert Gabriel