Sarkozy président : elle avait raison, l’astrologue…

Publié le par Agnès Lenoire

Illustration ci-contre : constellation du Dragon.

 

Dans mon billet du 15 avril (rubrique « Dans la presse »), je vous faisais part de la prédiction de Madame Teissier pour les élections présidentielles. Le verdict des astres était : Sarkozy président, sauf s’il est battu bien sûr. Bon, d’accord, elle a eu raison. Mais si Royal était passée devant lui, Madame Teissier aurait eu raison aussi, au vu de toutes les dérogations qu’elle s’accordait.

De toute façon, sur l’issue de cette élection, les sondages disaient la même chose que l’astrologie. Pourtant rarement les sondages ne furent aussi décriés qu’au cours de cette campagne. Commandés par les candidats, ils  furent accusés d'être  trop nombreux, assommants, manipulateurs, susceptibles de nous influencer !  Pourtant des études sociologiques (voir blog de Cyril Lemieux, billet du 26 février 2007) montrent que, même si elles jouent un rôle, ni l’influence des sondages ni celle des médias ne sont  si prépondérantes sur le geste final opéré dans l’isoloir. Et puis, à la charge des sondages, figurait le mauvais score réalisé en 2002, lourdement persistant dans les esprits, pour n’avoir pas vu le spectre de Le Pen au second tour. Dont acte que les sondages ne sont pas si fiables, qu’il faut s’en méfier, qu’ils ne sont qu’un regard sur un moment donné, assez fugitif.

Puisse-t-on prendre acte des aussi mauvais scores de l’astrologie et s’en souvenir, comme on se souvient de ceux des sondages ! Pourquoi cette différence de traitement  par notre cerveau ? Peut-être parce que l’astrologie est culturellement installée, figée dans notre histoire,  et difficilement remise en cause sous peine de scientisme.  Il faut alors toute la volonté du monde pour faire bouger notre mémoire collective. Alors que les sondages sont un outil d’analyse récent ; sortis des limbes de la modernité, ils sont soumis à l’épreuve de la critique et de la méfiance. Sans doute avec raison. Je propose que l’astrologie n’ait plus droit à un statut plus avantageux que les sondages : critique et remise en cause doivent être la règle ! Car l’un comme l’autre  ne peuvent se tromper sans cesse. Il leur arrive, par hasard, d’avoir raison.

Sur ce sujet vous pouvez lire ausi le billet de Nicolas Vivant :  blog de l'Observatoire Zététique

Illustrations de ce billet tirées de Camille Flammarion, Les étoiles et les curiosités du ciel, éd. C. Marpon et E. Flammarion, 1882. Exemplaire personnel.

Publié dans Astrologie

Commenter cet article

Nicolas Vivant 04/06/2007 00:18

Bonjour Agnès,
En complément de ton article, je me permets de rajouter un petit lien vers ce papier intitulé « Élections présidentielles 2007 : pourquoi les voyants ne PEUVENT pas se tromper » et que j'avais publié en janvier 2007 : http://www.zetetique.info/archives/00000052.html
Cordialement,-- Nicolas Vivant.

eau_rage 15/05/2007 04:38

Quelle naïveté, ou quelle mauvaise foi... Les sondages, les médias, ne font pas une élection ? Tiens donc ! Les médias n'ont cessé de mettre le peuple en garde contre un "nouveau 21 avril" et ont invité sans relâche chaque citoyen à aller voter. Les sondages, quant à eux, ont toujours donné le duo Ségo-Sarko gagnant au second tour. Bilan : Le Pen fut écrasé, la participation dépassa toute espérance et le duo Ségo-Sarko se trouva bel et bien au second tour... Coïncidence, évidemment.
A lire : Manipulation de l'opinion : Ce sont les sondages qui le disent... de Nicolas Jallot, chez Stock.