Les blondes brillent-elles par leur bêtise ?

Publié le par Agnès Lenoire

Il y a longtemps que j’avais envie de régler mes comptes avec ce mythe de la blonde attardée. Je dis bien « régler mes comptes », car il n’y aura aucun argument scientifique à l’appui de mes revendications, tout comme il n’y en a pas non plus à l’appui de ce mythe. Les blagues de blondes, qui ont pris un essor assez faramineux ces dernières années, sont toujours assorties de la très prudente et condescendante « C’est du deuxième degré ! ». Justificatif, qui, à force d’être décliné en toute circonstance, se vide de son sens, mais est tout de même très utile à stigmatiser celle qui aura le mauvais goût de se rebiffer. Pourquoi réagir aujourd’hui, alors que depuis 3 mois, je dénonce bien d’autres croyances qui me touchent beaucoup moins ? Parce que je viens de découvrir une réflexion sexiste « On n’est pas des blondes ! » sur un site que j’apprécie. Le moral m’en est descendu dans les chaussettes. L’humour ne semble pas être la motivation première de cette nouvelle mode, puisque cette blonde bêtasse qui habite certaines des conversations masculines est toujours, en plus de sa couleur de cheveux, affublée des attributs censés  faire fondre les hommes : des attributs sexuels avantageux. Comme si une femme sexy ne pouvait avoir aussi un QI développé ! Si cette dernière  image n’est pas tout à fait en accord avec l’idée que s’en fait l’homme de la rue, c’est bien la faute des médias, et surtout des publicités qui  ne nous inondent que de plastiques parfaites, de blondeurs de rêve et de petits cerveaux qui sont censés aller avec.

En circulant sur le web, je n’ai pas trouvé d’explication à cet humour platiné. J’ai quand même trouvé un article édifiant sur psycho net. On peut y lire que « Ainsi, par leur implantation, leur disposition et leur couleur, les cheveux extériorisent une part de notre identité. » Je doute que les blondes artificielles aient choisi cette couleur pour extérioriser une identité d’ « adorable blondasse ». Ni d’ailleurs les blondes naturelles, qui, si elles sont bien obligées de l’extérioriser,  se passeraient bien de cette prétendue et peu valorisante identité. Alors que faire ? Faire face ou bien se colorer en brunette pour échapper aux quolibets ? Non, tout de même...

Dans certains forums, des internautes écrivent que les Canadiens appellent leur petite amie « ma blonde », et prétendent que la locution a ainsi franchi l’Atlantique ; ce serait, chez eux, un quasi synonyme, mais dans ce que j’en perçois, il n’y a pas de nuance péjorative. Alors comment les blondes ont-elles perdu leurs neurones en survolant l’océan ? Parce que l’océan de la bêtise opportuniste est bien plus vaste que celui qui nous sépare du Canada. Et que finalement le blond est la couleur de l’enfance et de l'angélisme. « Ma blonde » peut donc être symbolisée par une fillette, de la douceur, un zeste d’insouciance, quelques gestes de maternage : c’est ce que nous proposent les publicités pour certains shampoings ou lait pour le corps. Ces pubs  rapprochent, jusqu’à les confondre, les mères blondes et leurs filles.  Vous comprendrez alors un peu mieux ce que la blondeur signifie : une nostalgie de la femme-enfant un peu immature. Désolée pour les nostalgiques (« Où sont les femmes ?! », criait un chanteur…), mais ce portrait est un mirage.

Mises à part quelques exceptions tirées du monde des stars, les femmes se sont dégagées fermement du mythe de la femme à jamais infantile. Reste à  faire passer ce message tout aussi fermement du côté des hommes… et de leurs blagues.

 

 

Photos : Olivia Lenoire

Publié dans Egalité des sexes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Xad 28/07/2009 14:55

Pourquoi prendre la mouche ? Comme l'on fait remarquer d'autres personnes, il y a aussi des blagues sur les Belges (en France), les Juifs, les Français (en Belgique...), les hommes, etc. Aucune ne brille par son intelligence et sa justesse ; au mieux on a un bon mot de temps en temps.Et ne dit-on pas aussi (toujours sans preuve, je vous l'accorde !) : "les hommes préfèrent les blondes" ?

MAGENTA 14/01/2009 23:40

Un petit bonjour en passant d'un riverain de rue 89 et 69Amitiés

Cultilandes 14/04/2008 11:46

« Où sont les femmes ?! », criait un chanteur: il me semble que ce n'était pas un vilain mysogine macho, mais un homosexuel!Si j'assimilais le blondeur à de l'idiotie, ce serait à la fausse blondeur, comme à tout ce qui est faux, travestissement, illusion. Et de plus en plus d'hommes se font teindre!

doucet 12/04/2008 21:22

Bah, faut pas chercher midi à 14h (comme on dit chez nous :-)))Si je me rappelle bien, une des premières blagues sur les blondes que j'ai entendu c'était :"Vous savez pourquoi Dieu à fait les blondes aussi belles ????C'est pour s'excuser d'avoir oublier de leur donner un cerveau"Ce n'est peut être qu'une explication vue de ma lanterne mais j'ai remarqué qu'après cette blague, la série "blagues blondes" a commencé et continue encore aujourd'hui.Mais bon, nous on rigole bien (avec des blondes aussi qui nous en retourne aussi - pour ce qui me concerne j'ai droit aux blagues sur les hommes et sur les chauves !!!!!!!!) tant que la susceptibilité à fleur de peau vient tout gacher.Allez va, c'est une époque comme il ya eu l'époque des blagues belges :-)))

Elie NICOLAS 02/07/2007 17:42

PEut-être ne faut-il y voir qu'une facilité de catégorisation.Comme il y a des blagues sur les Corses, les Juifs, les gros, les maigres, toto et marius, il y a une catégorie "blonde".En fait, si au lieu de parler de "Blondes" on parlait de "Brunes" l'effet humoristique ne changerait pas...