Greffier

Publié le par Agnès Lenoire

Les carnets de Joann Sfar

Editions Shampoing, 229 pages.

 

 « Pourquoi vous avez dessiné Mahomet et pas Ben Laden ? » (l’avocat de l’Union des Organisations Islamistes de France)

« Parce que c’est pas Ben Laden qui est débordé par les cons. » (Georges Kiejman, avocat de Charlie Hebdo)

 

Paru le jour du verdict rendu au procès de Charlie Hebdo, le 22 mars 2007, ce livre est un recueil de dessins esquissés pendant les débats. Dessins qui rendent compte à la fois de la richesse des échanges et de l’enjeu. Joann Sfar a été dessinateur pour Charlie Hebdo. Il est à ce titre très impliqué par l’issue de ce procès. Dans les premières pages, sa volonté de traduire les propos exacts, avec le plus possible de neutralité, est apparente. Mais très vite notre dessinateur a eu envie d’y ajouter des commentaires. Il a alors griffonné des remarques en bas de pages et n’ayant plus de place,  il a fait courir ses lignes le long des pages, en large et en travers. Cela donne un aspect très brouillon, mais c’est aussi très vivant et amusant. Puis, comme pour rendre officiels ses petits commentaires, il fait apparaître un tout petit personnage dans des coins de page. Petit personnage bon enfant au visage rond, qui semble s’amuser des  situations qu’il observe. L’ouvrage est ainsi entièrement manuscrit, l’ambiance prise sur le vif, les attitudes saisies à chaud, et notre greffier improvisé un peu pris de court par la vitesse des propos de chacun et la vivacité des répliques. Il aimerait en saisir les détails et s’excuse de ne pouvoir nous en extraire toute la saveur. Ce qui le console, c’est que la greffière en titre, celle qui dispose d’une machine sténo a elle aussi bien du mal à suivre le rythme !

Le livre est préfacé par Richard Malka, un des avocats de Charlie Hebdo. Il est entré dans la profession avec les procès de Charlie Hebdo, qu’il défend depuis 15 ans, comme « une louve défend ses petits ». Préface suivie d’une présentation des différentes parties en présence. On y apprend que l’UOIF, créée par le ministre des cultes Nicolas Sarkozy,  est composée pour un tiers d’islamistes extrémistes issus des Frères musulmans. Petit froid dans le dos….

Joann Sfar s’attarde sur les attendus du verdict, qui furent l’occasion pour le ministère public de réaffirmer soigneusement et solennellement les valeurs de la République.

 

Publié dans Notes de lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article