Manuel de nos folies ordinaires

Publié le par Agnès Lenoire

Gérald Bronner et Guillaume Erner

Éditions En clair MANGO, 2006, 159 pages, 9 euros.

 

 "Le principe de précaution fait partie de ces idéologies contemporaines dont les risque sont largement ignorés par la majorité d'entre nous." Extrait page 97

 

Nos vies sont parcourues de petites manies irrationnelles et de rituels. Nous lisons notre horoscope en affirmant ne pas y croire.  Sommes-nous sincères ? Oui ! Les observations d’ovnis se multiplient dès qu’un témoignage est recensé. Est-ce contagieux ? Est-ce de la folie collective ? Non ! Le principe de précaution ancré dans la constitution est-il indispensable ? Non, le mécanisme du pessimisme n’étant pas plus rationnel que  celui de l’optimisme,  il peut être un frein au progrès. Il peut s’illustrer d’une formule de Julie Lespinasse (XVIII °) : « Je crois tout ce que je crains ».  Alors pourquoi adopter des comportements que nous savons inutiles ? Parce qu’ils ne nous coûtent rien. Après avoir fait tout ce qu’il fallait pour réussir, le sportif, au moment d’entrer en compétition, ou l’artiste, au moment d’entrer en scène, peut avoir un geste superstitieux, sans être idiot pour autant. Car c’est bien là que veulent en venir les auteurs : nous rassurer sur notre intelligence en montrant que notre irrationalité n’est pas synonyme de bêtise. Elle a sa logique propre. Elle intervient en période d’incertitude. C’est ainsi que les ados sont plus superstitieux que leurs aînés, sans doute à cause du flou de leur avenir. Les femmes au foyer sont aussi plus superstitieuses que les femmes qui travaillent à l’extérieur, parce qu’elles se sentent moins autonomes, donc plus vulnérables. En fin d’ouvrage, les auteurs vous proposent une « pierre de rosette » pour mieux cerner « les raisons de nos déraisons », à l’aide de quelques clés psychologiques puisées dans la cognition humaine, notre système de représentations, nos limites temporelles et spatiales.

C’est  clairement expliqué, le ton est léger, et c’est rassurant pour notre mental. Continuons à toucher du bois et à jouer au loto les vendredis 13 !

Publié dans Notes de lecture

Commenter cet article