Grippe A(H1N1) : entre information et désinformation

Publié le par Agnès Lenoire

par  Olivier Chacornac
O. Chacornac est attaché de recherche clinique  et travaille dans l'encadrement de recherches médicales à l'unité de recherche clinique Paris-Centre (qui gère principalement des études financées par des fonds publics).

Il est aussi membre des Sceptiques du Québec  et intervenant-modérateur sur leur forum.

........................
 

En quelques mois, la grippe A (H1N1) a suscité diverses réactions allant de la simple inquiétude à une panique exacerbée vis-­à­-vis des mesures préventives envisagées.

L'information a joué un rôle important dans l'apparition de cette paranoïa. Souvent déformée, la mauvaise qualité de l'information sur le sujet, qu'elle provienne des grands médias ou de l'information Internet, a semé la confusion dans les esprits. Le but de cet article est de recentrer le débat sur les aspects scientifiques de l'épidémie et de débarrasser les informations de leurs penchants politiques pour les rendre plus neutres et plus claires. L'objectif second est de démontrer que les rumeurs de conspirations se fondent sur des informations déformées par des à priori et des analyses trop superficielles.

 

La grippe A : quel est le risque ?

 Virus2.jpgNombre de rumeurs circulent quant aux risques réels associés à la grippe A. « Ce n'est qu'une grippette » est un argument largement répandu chez les personnes qui pensent que le risque potentiel est surévalué.

Sans rentrer dans de lourds détails techniques, on peut aisément se rendre compte du risque réel en se penchant sur quelques points essentiels.

Effectivement, la grippe A est peu dangereuse à l'échelle de l'individu, avec un taux de mortalité d'environ 1 mort pour 220 contaminés. Ce taux est sensiblement le même que celui de la grippe saisonnière. Alors pourquoi tant d'inquiétude ? Tout simplement parce que la grippe A n'est pas une grippe saisonnière. Elle n'apparaît pas et ne disparaît pas par vagues comme le fait une grippe classique. Son mode de transmission et son caractère hautement contagieux font que, en l'absence de mesures sanitaires, le virus se propagera indéfiniment et sans limites. En seulement 4 mois, plus de 177 000 cas ont été déclarés, et l'épidémie continue de progresser malgré les mesures préventives ([1];[2]). C'est donc à l'échelle de la planète, même avec un taux de mortalité faible, que de sérieux dégâts sont à envisager.

L'autre facteur qui pourrait augmenter la gravité de la pandémie est la possibilité d'une mutation du virus. Les mutations sont fréquentes et imprévisibles chez les virus grippaux et l'apparition d'une nouvelle souche plus virulente est à craindre [3].

 

Quelles solutions ?

Actuellement, le mieux qui puisse être fait est fait. Les nouveaux cas sont diagnostiqués rapidement, isolés et traités. Cependant, les antiviraux ne sont pas une arme suffisamment efficace pour lutter contre l'épidémie. Les traitements ne réduisent pas la mortalité à zéro et surtout, ils n'empêchent pas la propagation du virus, ni ne préviendront sa mutation éventuelle.

L'autre solution est celle de la vaccination à grande échelle. Elle est envisagée et les vaccins sont en développement. Aux dernières nouvelles, ils devraient être prêts pour l'automne [4]. L'avantage de la vaccination est qu'elle pourrait limiter et même stopper la progression du virus. En effet, en étant immunisée, la population cessera de transporter et de transmettre le virus. Mais pour être vraiment efficace, il faut que la couverture vaccinale soit importante. Selon certaines simulations, une couverture mondiale de 30-50 % (30 à 50 % de la population mondiale vaccinée), à condition qu'elle couvre l'ensemble des pays sans favoriser les pays développés, suffirait à enrayer la pandémie [5]. Pour une éradication du virus, il faudra cependant viser beaucoup plus haut.

Le deuxième avantage de la vaccination est qu'en stoppant la progression, elle diminue le risque que le virus mute : moins le virus traîne dans la nature, moins il a de chances de muter ou de se recombiner. Parallèlement, un changement dans le virus pourrait rendre les vaccins moins efficaces, voire inefficaces si le changement est important. Ce sont deux raisons qui expliquent la course au développement d'un vaccin [6].

 

Les théories de conspiration autour de la grippe A

La conspiration est à la mode. Depuis les événements du 11 septembre, nombreuses sont les personnes qui détournent l'actualité pour alimenter les hypothèses de conspiration les plus folles diabolisant les industries, le système en place et ses dirigeants.

La grippe A n'y a pas échappé. Les théories les plus en vogue concernent la création du virus en laboratoire dans un but lucratif ou pour réduire la population mondiale !

Et la moindre petite bribe d'information est une preuve du complot :

 

  • L'industrie Baxter a déposé, il y a un an de ça, un brevet sur un vaccin contre le H1N1 [7]. Comment ses membres pouvaient-­ils avoir connaissance à l'époque de la pandémie de ce même virus ?
  • Le 9 mars 2009, soit un mois environ avant le début de l'épidémie, Sanofi-Pasteur signe un contrat avec les autorités mexicaines pour l'installation d'une usine de production de vaccin contre la grippe saisonnière et pandémique [8]. Curieuse coïncidence...
  • L'OMS (Organisation mondiale de la santé) a organisé des réunions avec les dirigeants des grandes industries du vaccin. De plus, elle a refusé de communiquer le procès-verbal de l'une de ces réunions [9]. L'OMS serait-elle de mèche avec l'industrie ?
  • La secrétaire d'État à la santé des U.S.A, a récemment signé un décret conférant une immunité judiciaire totale en cas de poursuites concernant les vaccins contre la grippe A [6]. Il semblerait que le gouvernement des É.-U. cautionne et couvre le complot...
  • Adrian Gibbs, un virologue de renom, a déclaré dans la presse que le virus pourrait s'être échappé d'un laboratoire.
  • Alex Jones et Wayne Madsen affirment que le virus possède certains vecteurs de transmission qui suggèrent que la souche de la grippe A a été génétiquement fabriquée, ceci dans le but de servir d'arme biologique [10].
  • Le gouvernement français a récemment acheté le mot clé « grippe » pour les recherches Internet. Ceci sert certainement à mieux diffuser leur propagande [11].

 

Qu'en est-il réellement ?

À première vue, les arguments paraissent plutôt légers pour soutenir l'hypothèse d'un complot de cette envergure, qui impliquerait un grand nombre d'industries et d'organismes publics. En y regardant de plus près, on se rend compte aisément que ces petits éléments sont des informations mal interprétées.

Le brevet de Baxter (Brevet US 2009/0060950 A1 [12]) est en fait un brevet portant sur une méthode de fabrication des vaccins viraux en général. Le virus H1N1 (celui de la grippe saisonnière, pas celui de la pandémie) y est cité à titre d'exemple. En bref, il n'y a dans ce brevet rien de spécifique à un virus grippal pandémique.

Sanofi-Pasteur prévoit effectivement implanter une usine de production de vaccins contre les grippes saisonnière et pandémique au Mexique. Mais réfléchissons deux minutes : investir 100 millions d'euros n'est pas une décision qui se prend à la va-vite. Le projet est bien antérieur à la signature de l'accord. De plus, le président français ainsi que le président mexicain furent conviés pour l'occasion qui bénéficia ainsi d'une belle couverture médiatique. Pour couronner le tout, Sanofi-Pasteur annonce la nouvelle dans un communiqué de presse et l'affiche sur son site Internet [13]. Pour des comploteurs internationaux, ils manquent sérieusement de discrétion.

L'origine du projet est en fait double : Sanofi-Pasteur vise à mieux s'insérer sur le marché de la grippe saisonnière. En tant qu'industrie, elle aurait bien tort de s'en priver. La deuxième raison est que l'histoire a connu plusieurs cas de grippes épidémiques, que le risque d'une grippe pandémique plane depuis longtemps et a été récemment relancé par l'histoire de la grippe aviaire. Au final, le projet n'a rien de suspicieux, et la signature de l'accord un mois avant les premiers cas de grippe A est une coïncidence plutôt favorable, autant pour la population que pour Sanofi-Pasteur.

L'OMS a organisé plusieurs réunions avec des dirigeants des grandes industries du vaccin (en mai et en juillet [14]). Mais il semble échapper aux tenants de la conspiration que le rôle des industries du vaccin est... de produire des vaccins. Pour prévoir l'éventualité d'une vaccination contre la grippe A, il faut donc bien se coordonner avec l'industrie. Et tel était le but de ces réunions. En fait, l'absence de ce type de réunion aurait été d'une totale inconscience de la part de l'OMS.

Et si le procès-verbal de la réunion du 7 juillet n'a pas été communiqué, c'est parce qu'il n'y en a pas eu. Par contre, un compte rendu de la réunion a été publié le 24 juillet [15]. Il ne semble pas que l'OMS ait quoi que ce soit à cacher.

Le décret signé aux États-Unis et conférant une immunité judiciaire totale aux fabricants de vaccins peut se comprendre sous un autre angle que celui du complot. Les cas de plaintes concernant des effets secondaires de vaccins, réels ou supposés, ne manquent pas. D'ailleurs, la population anticipe déjà les risques liés aux effets secondaires du vaccin contre la grippe A, alors même que le vaccin n'est pas encore sur le marché. Dans ces conditions, on ne peut que craindre qu'une campagne de vaccination à grande échelle soit suivie d'une vague de plaintes et de procès en tout genre liés au vaccin.

Le lobby des industries serait-il pour quelque chose dans ce décret ? Fort possible. Mais dans le contexte, il est compréhensible qu'elles cherchent à se protéger.

Le virologue Adrian Gibbs a étudié le virus et, selon lui, certains éléments laissent penser qu’il pourrait avoir été fabriqué dans un laboratoire et s'en être accidentellement échappé. Gibbs aurait en fait observé un taux de mutation anormalement élevé dans le virus. Pour tirer cela au clair, l'OMS a demandé à des laboratoires de différents pays d'analyser ces résultats. Ces laboratoires ont conclu qu'aucun élément ne permettait de soutenir les hypothèses de Gibbs [16] et ils ont au passage reconfirmé l'origine naturelle du virus. Apparemment, Gibbs aurait comparé le taux de mutation du virus à ceux d'autres gènes dont le taux de mutation est relativement bas, l'amenant ainsi à une conclusion erronée [17].

Notons au passage que lors de sa déclaration à la presse, Adrian Gibbs soulignait que ses résultats pouvaient être expliqués par des hypothèses autres que celle du virus fabriqué en laboratoire [18].

Les affirmations d'Alex Jones (bien connu pour ses hypothèses de complot sur les attentats du 11 septembre) et de Wayne Madsen, quant à elles, ne vont pas bien loin. En fait, Wayne Madsen aurait un contact travaillant à l'ONU qui aurait affirmé que le virus possède certains vecteurs de transmission qui suggèrent que la souche de grippe A a été génétiquement fabriquée. Wayne Madsen se garde bien d'en dire plus à ce sujet. Nous ne saurons probablement jamais qui est ce contact ni quels sont ces fameux vecteurs de transmission. Visiblement, il faut croire sur parole les allégations extraordinaires de Monsieur Madsen. Quant à ce contact, qui serait, selon lui, un éminent scientifique, il est plutôt étrange de constater qu'il ne diffuse pas publiquement les preuves dont il dispose.

Pour finir, si le gouvernement français a acheté le mot clé « grippe », c'est pour mieux diriger les internautes vers les sites institutionnels. Et quand on regarde les folles rumeurs qui circulent au sujet de la grippe A, on comprend vite l'intérêt de l'initiative.

 

Le complot : une hypothèse qui se contredit d'elle-même

Nous avons d'un côté ceux qui affirment que la grippe A n'est qu'une « grippette » et de l'autre ceux qui pensent que la grippe A est une arme biologique visant à décimer la population mondiale. La dernière hypothèse se tire une balle dans le pied : avec un taux de mortalité d'environ 0,45% [19], on se retrouverait en cas de pandémie totale avec... 30 millions de morts à l'échelle planétaire. Les comploteurs ont bien mal choisi leur arme.

N'oublions pas l'hypothèse de l'industrie du vaccin qui tente de remplir ses caisses par tous les moyens. Il faudrait pour cela que les dirigeants de l'OMS et des autorités de santé soient suffisamment dupes pour ne pas connaître les intérêts financiers de l'industrie. Ou qu'ils fassent partie du complot, ce qui n'est à l'heure actuelle que pure spéculation.

Notons au passage que Sanofi-Pasteur, principal producteur de vaccins contre la grippe, a l'intention de faire don de 100 millions de doses à l'OMS pour aider les pays en développement [20]. Sur une capacité annuelle de production de 270 millions de doses, le geste est plutôt généreux. L'industriel prévoit par la suite réserver 10% de sa production à l'OMS. Si la pandémie est une belle occasion de faire du profit, l'industrie n'en est pas pour autant dénuée de toute humanité.

 

Pour conclure

Les conséquences actuelles de la grippe A sont mineures, mais les risques futurs, aussi bien réels que potentiels, le sont beaucoup moins. Si la propagation du virus se poursuit (il n'y a aucune raison de penser que ce ne sera pas le cas), la vaccination à grande échelle représente la meilleure option pour stopper sa progression. La connaissance des risques potentiels liés aux vaccins [21] permet de placer la vaccination comme solution ayant un excellent rapport bénéfice/risque.

S'il est légitime de se poser des questions sur d'éventuels intérêts financiers ou politiques sous-jacents à la pandémie, il est beaucoup moins raisonnable de conclure hâtivement au complot sur la base d'analyses superficielles.

Mais les théories conspirationnistes ont la peau dure. Leurs tenants ne manqueront pas d'interpréter à leur façon les futures informations et de brandir les épouvantails d’une industrie ne cherchant que le profit et des dirigeants politiques toujours plus avides de manipuler la population. La paranoïa a encore de beaux jours devant elle.

 

Références :

 

Remerciements à Frédéric Normand  pour la relecture et les suggestions.

 

[1]http://www.who.int/csr/disease/swineflu/faq/fr/index.html

[2]http://fr.wikipedia.org/wiki/Grippe_A_(H1N1)_de_2009

[3]http://www.who.int/csr/disease/swineflu/assess/disease_swineflu_assess_20090511/fr/

[4]http://www.futura­sciences.com/fr/news/t/medecine/d/grippe­a­des­vaccins­prets­en­septembre_20147/

[5]http://lasantedanslacite.wordpress.com/tag/grippe­a­h1n1/

[6]http://www.lyonmag.com/article/10958/bruno­lina­la­vaccination­est­le­pilier­de­la­lutte­contre­la­grippe­a‑

[7]http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=14585

[8]http://www.sanofi­aventis.com/presse/communiques/2009/ppc_24324.asp

[9]http://newsoftomorrow.org/spip.php?article6077

[10]http://nosdelires.over­blog.com/article­31239032.html

[11]http://www.journaldunet.com/ebusiness/publicite/chat/thierry­saussez­thierry­saussez­et­la­communication­du­gouvernement­sur­internet/nous­avons­achete­le­mot­cle­grippe.shtml

[12]http://www.theoneclickgroup.co.uk/documents/vaccines/Baxter%20Vaccine%20Patent %20Application.pdf

[13]http://www.sanofi­aventis.com/en­bref/news/vaccins­mexique/vaccins­mexique.asp

[14]http://infos­grippe­porcine.com/2009/grippe­a­h1n1­vaccin­solution/

[15]http://www.who.int/wer/2009/wer8430/fr/index.html

[16]http://www.feedstuffs.com/ME2/dirmod.asp?

sid=F4D1 A9DFCD974EAD8CD5205E15C1
CB42&nm=Breaking+News&type=news&mod=News&mid=A3D
6 0400B4204079A76C4B1 B129CB433&tier=3&nid=3F33A5408A5F46A190B01752A5D923FE

[17]
http://www.who.int/mediacentre/influenzaAH1N1_prbriefing_20090514.pdf

[18]http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=20601082&sid=aShZig0Cig4g&refer=canada

[19]http://www.who.int/csr/don/2009_07_06/en/index.html

[20]http://www.lagrippemexicaine.com/capacite­de­production­de­vaccins­h1n1­par­an­675­millions­de­doses

[21]http://www.who.int/csr/disease/swineflu/notes/h1n1_safety_vaccines_20090805/fr/index.html

Publié dans Sciences

Commenter cet article

André L. 11/09/2010 03:40



O. Chacornac - Poulpeman écrot :


"Lors de la rédaction de l'article j'ai donné ce chiffre (mortalité 1/220) approximatif à titre d'exemple. Les données ont beaucoup changé depuis (dans le bon sens d'ailleurs), plus que je ne
l'aurais pensé.
Cordialement,
Poulpeman"


Vous avez en fait pris les totaux de cette page : http://www.who.int/csr/don/2009_07_06/en/index.html


Et avez pris votre calculatrice puis divisé le total de cas de grippe par le total de cas de décès, officielement rapportés par les laboratoires et/ou constat médical.
Et vous prétendez ici que ce seraient les données de l'OMS en Juillet 2009 ?


Et bien je suis désolé, mais vous êtes un amateur qui a commis ici un impair impardonable. Ce ne sont même pas les données de mortalité qu'aurait proposées l'OMS en uillet 2009, mais VOTRE
mauvaise interprétation et mauvais raisonnement à partir des données disponibles de cas de décès et d'infections "cliniquement" confirmées, lesquels vous avez divisées pour donner un
taux absolument délirant, même à l'époque.


Vous ne faites pas mieux que les anti-vaccins et leurs mauvais calculs... Et en plus vous tentez de camoufler votre incompétence comme si ce seraient les données de mortalité de l'OMS en juillet
2009. Si le ridicule tuait..


Dans un autre document (une FAQ) de l'OMS, datant d'avril 2009, il y est écrit ceci : "La grippe A(H1N1) est une maladie respiratoire aiguë du porc hautement contagieuse,
provoquée par l'un des quelques virus grippaux porcins de type A, dont la morbidité a tendance à être élevée et la mortalité faible (1-4%)", ce qui est encore un plus gros taux que votre
calcul.


J'ignore qui a rédigé cette page de l'OMS, mais un esprit un peu critique connaissant un minimum l'épidémiologie, saint qu'en début d'épidémie, en milieu, comme en fin
d'épidémie, aucun taux de mortalité n'est valable si on n'a pas de données ni sur la prévalence de l'épidémie, ni sur les morts silencieuses, indirectes, etc. Qui ne seront estimés que
bien plus tard.


Dans la communication en anglais de l'OMS, même pour le mois d'avril 2009, on ne lit aucune donnée aussi grossière proposée comme taux de mortalité.



louis vuitton 23/07/2010 07:26



How can you reduce the environmental impact of your Valentine's bouquet – and still pick the best of the bunch?



Sainte Ironie 23/04/2010 19:44



Chubaka démontre au moins une chose : il est vain d'espérer combattre la volonté de ne rien entendre des anti-vaccins, surtout par la logique. Des études montrent l'innocuité et/ou l'efficacité
du vaccin contre la grippe A ? Elles sont truquées ! On démontre l'invalidité des arguments anti-vaccins ? Les auteurs de ses démonstrations sont des vendus ! On montre la malhonnetêté des
principaux acteurs du mouvement anti-vaccination ? "C'est celui qui le dit qu'y est !" CQFD. Au petit jeu du "à chaque question génante sa réponse ad hoc", nos amis les anti-vaccins pourraient
battre les créationnistes.


Si des personnes ne risquaient pas leur santé à cause de ces trublions, on pourrait presque en rire.



chubaka 06/01/2010 23:24


Faut vraiment avoit de la M.... dans les yeux pour pas voir la manipulation.
Cette grippe est sur le point de devenir la plus bénigne depuis que l'on surveille l'évolution de la grippe (+ de 10ans) selon le Washington post.
Selon le GROG, cette grippe est actuellement au niveau du minimum observé sur les 10 dernières années.
Le British Medical Journal remets en cause l'efficacité du tamiflu, et Roche à soi-disant perdu ses études le prouvant.
Cette grippe est en fait une gripette beaucoup moins dangeureuse que la grippe saisonnière, pour lauqelle une sur médiatisation à été lancée (ainsi que le changement des normes pandémiques de
l'oms) afin de la rendre effrayante et pandémique au yeux du public.
Cette grippe à tué 10 000 personnes dans le monde en près d'un an. La grippe saisonnière en tue jusqu'a 500 000.
Tout cela n'est que manipulation pour vendre et inoculer un vaccin douteux au gens trop crédules...
En passant, Hoaxbuster est-il vraiment indépendant de tout conflit d'intêret ou influence ... au vu de leur analyses , je ne crois pas ....


Poulpeman 16/11/2009 17:25


Je suis vacciné depuis un mois et je me porte très bien.
Le vaccin a été testé sur des milliers de personnes qui se portent très bien.
Dans le monde, plusieurs millions de personnes ont été vaccinées et on ne déplore aucun incident.

Où est donc cette hécatombe annoncée depuis des mois par les anti-vaccin ?

Poulpeman