Les découvertes en pays d'Islam

Publié le par Agnès Lenoire

Ahmed Djebbar, Cécile de Hosson, David Jasmin

Éditions Le Pommier, collection La main à la pâte, 2009, 20 €.

« L’ouvrage propose de faire étudier et de reproduire avec du matériel simple une découverte majeure ou une invention technique exceptionnelle de ce qu’il est convenu d’appeler " l’âge d’or des sciences arabes ". »

 

L’enseignement de l’histoire des sciences, dans les cursus scientifiques, est négligé. Alors vous imaginez aisément que, au niveau du cycle 3 de l’école primaire et du collège, il soit totalement inexistant. Et pourtant l’articulation de l’histoire des sciences et des apprentissages sur la découverte du monde ne peut être qu’enrichissante.  Les éditions Le Pommier, dans la collection La Main à la pâte, ont entrepris de combler cette lacune. L’ouvrage propose des activités qui placent les élèves « face à la marche historique de l’esprit d’invention et de découverte ». Ces activités ont été testées dans une vingtaine de classes pendant deux ans. Elles concernent la période du VIIIe au XIIe siècle, période qui a vu se forger une solide tradition scientifique dans les plus grandes villes conquises au nom de l’Islam, tradition de découvertes mais aussi de transmission et de traduction des grands textes grecs fondateurs.

Mais revenons à notre ouvrage. Il se compose de huit chapitres : la lumière, la circulation sanguine pulmonaire, la théorie de l’arc-en-ciel, l’astrolabe, la symétrie en art ornemental, la pompe à eau, l’alambic, la balance à cinq plateaux. Chacun de ces huit chapitres propose trois sections : un panorama historique avec les recherches du savant arabe auteur de la découverte, puis une section pédagogique assez longue, bien construite, dans le respect des programmes, pour que les élèves puissent reproduire les expériences de l’époque, enfin un court texte aux allures de conte oriental, destiné aux élèves, qui met en scène les aventures de Nabil et Fadila, deux enfants curieux et expérimentateurs.

L’histoire, l’investigation, l’expérimentation, les hypothèses, enfin la compréhension des phénomènes : tout s’articule merveilleusement bien, avec cohérence, dans une approche multi disciplinaire qui donne corps à une science étoffée et vivante. Une science qui n’est pas exclusivement grecque, mais de tous les horizons (Inde, Perse, Mésopotamie) et qui aura l’avantage supplémentaire de rapprocher les diverses cultures qui composent les classes.

Sur le site de La main à la pâte, des pages sont dédiées à cet ouvrage ;  vous y trouverez des séquences d’histoire, des animations, des dossiers pédagogiques, une encyclopédie pour les enfants.

Publié dans Notes de lecture

Commenter cet article

Perulli 20/05/2010 08:49



Pourriez-vous m'indiquer un article sur la théorie des "psudo-symétries", théorie qui explique la construction des  dessins géométriques de motifs en mosaïque de l'Islam


Merci


M.P.



Couturier Bernadette 14/03/2009 19:58

Conférence à l’Académie des Beaux arts le mercredi 25 avril 2001
Bonsoir,
Dans la lignée de cet article, si vous suivez le lien que je propose dans mon article sur le réchauffement climatique  Tout de suite après l’image du dessin de Laure qui nous montre sa vision de la terre qui pleure parce qu’elle est dans une classe qui participe à l’expérience de travail avec David Wilgenbus sur Le climat, ma planète… et moi ! Vous trouverez le lien espace eleve qui conduit sur le site la main à la pâte avec des animations pédagogiques pour aider à comprendre ce qui peut se produire quand ça chauffera un peu trop !
Bernadette Couturier
Puis pour les un peu plus grands vous avez ce site Science et technologie au collège dans le sillage de la main à la pâte

Loïc 14/03/2009 06:30

"""""tradition de [...] transmission et de traduction des grands textes grecs fondateurs""""">> Joli mythe quelque peu mis à mal par Sylvain Gouguenheim dans son Aristote au Mont-Saint-Michel (2008). """""les aventures de Nabil et Fadila, deux enfants curieux et expérimentateurs""""">> Surtout deux enfants d'une origine assez claire : l'auteur dévoile là sa cible. Enfin, si un tel ouvrage a probablement son intérêt, il serait encore plus intéressant de savoir pourquoi la civilisation musulmane, qui fut en effet une grande civilisation qui a contribué à une certaine époque à la compréhension du monde, n'a pas accouché de la science moderne, contrairement à l'Occident. Serait-ce qu'une religion "de paix, de tolérance et d'amour" – selon l'expression consacrée en bien-pensance – a amorcé un virage fondamentaliste dont elle n'est toujours pas sortie et qui pose chaque jour plus de difficultés dans l'éducation des enfants de France (ainsi que l'a dramatiquement montré le fameux rapport Obin) ?