L'horoscope 2009 d'Élisabeth Teissier

Publié le par Agnès Lenoire

Élisabeth Teissier

Votre horoscope 2009

Éditions TV magazine, 2008, 412 pages, 9,90 €.

 

Vous ne me croirez peut-être pas, mais j’ai eu un peu de mal à le trouver, ce bouquin.  Il est paru en septembre. Fin octobre, à ma grande satisfaction, je ne l’ai pas vu dans les rayons de ma libraire préférée. Je suis pleine de contradictions : je me mets en quête d’un livre, que finalement je suis heureuse de ne pas dénicher ! Puis  je cherche chez Carrefour : rien. Enfin, après deux ou trois enseignes, je l’achète chez Casino géant. Il est seul au milieu de livres sur la nature, et de très peu de choses sur l’astrologie, sauf des manuels qui préconisent de jardiner avec la lune, phénomène très en vogue.

 

Revenons à Élisabeth Teissier. En exergue de son livre, elle inscrit une citation de Omar Khaymam : « Entre la foi et la crédulité, un souffle […] Sois joyeux dans ce souffle présent où tu vis. Car la vie elle-même est dans le souffle qui passe. » Amis lecteurs, vous voilà prévenus !  Vous ne trouverez rien de consistant entre les pages  de ce livre. Aucune prédiction précise, mais des banalités valables de tout temps et des tonnes de préconisations de bonne conduite. Rien de ferme, de stabilisé par des études, mais juste un souffle, c’est-à-dire  du vent ! C’est Omar qui l’a dit et c’est Teissier qui le revendique !

 

L’astrologue livre ses prédictions pour le monde, puis la France.  En page 35, elle fait explicitement appel à Aristote pour nous affirmer que le monde des planètes gouverne le monde sublunaire, celui situé sous la lune, c’est-à-dire la Terre. La théorie d’Aristote prévoyait en effet qu’un ciel habité des dieux, parfait et immuable, figé dans l’éternité, dominât le monde situé sous la lune, destiné, lui, au changement et à la pourriture. C’est cette théorie antique que reprend  l’astrologue. On appréciera la qualité des connaissances qu’elle met en œuvre, ignorant que ciel et terre ont une histoire liée, que rien n’est immobile, que les étoiles meurent aussi, qu’il n’y a pas de hiérarchie au-dessus de nos têtes.

 

Pour les prédictions mondiales, rien de nouveau : des aspects positifs côtoient des aspects négatifs, même si les négatifs prennent le pas sur les positifs  avec un « durcissement des mentalités, climat réactionnaire, chasse aux sorcières (allusion aux rationalistes qui osent la critiquer ?), xénophobie, états policiers », des « luttes de pouvoir musclées »,  des « crises des grands trusts, des problèmes monétaires », mais aussi  « des tendances despotiques et régressives, des mentalités réactionnaires », sans oublier « le racisme et la discrimination, les attentats en masse, fanatisme religieux et nihilisme philosophique ». Bien sûr rien n’est dit sur les lieux géographiques où auront lieu ces événements ; donc rien à craindre : ils auront toujours lieu quelque part. Il suffira de lever le doigt quand cela se produira et de dire « Je l’avais dit ! ».

 

Pour la France, les prédictions sont : « elle reprend du poil de la bête, malgré une situation économique préoccupante ». Le moment venu Teissier pourra dire qu’elle avait raison, puisque tout est contenu dans cette phrase. Elle annonce « des garde-fous dans la tourmente » et une « baisse du chômage », sauf pour les femmes (page 35). Ce qui est drôle, c’est que, un peu plus loin, page 37, elle voit que la situation des femmes ne progresse pas, mais elle ne voit pas quelle forme prendra ce recul ! Lisez plutôt :

« Pluton semble vouloir imposer son veto au pouvoir des femmes […] Comment et par quels signes cette relative disgrâce, ce recul, se manifesteront-ils ?  Mystère. »

Ou bien elle pense vraiment que le chômage des femmes n’est pas une disgrâce, ou bien elle a oublié qu’elle avait donné ce signe deux pages en arrière.  Pauvre astrologue qui oublie si vite ce qu’elle écrit, d’une page à l’autre !

 

L’étape suivante est l’horoscope de Sarkozy. Inutile de vous dire qu’on n’y apprend strictement rien, puisqu’elle nous brosse un portrait consensuel qu’on connaît tous grâce aux médias : homme énergique, direct, communiquant. Elle lui prévoit la naissance d’un enfant à l’été, ce qui, écrit-elle, ne serait pas « illogique ».

Elle affirme qu’il sera victime de « cabales » au printemps, mais qu’il surfera en même temps sur « une vague de succès spectaculaire ». Rendez-vous au printemps pour constater la véracité de ces prévisions, en mars, en avril, en mai, ou en juin. Du 21 mars au 21 juin, on aura bien une petite cabale et une petite remontée des sondages à se mettre sous la dent. Trois mois devraient y suffire.

Mais que lis-je un peu plus loin ? : sa baisse de popularité observée en 2008 (due à une vilaine action de Neptune sur sa belle conjonction lune-mars !) va se poursuivre en 2009, avec un pic en janvier, puis de façon rémanente jusqu’à l’automne. Oubliée, la vague de succès printanière !

 

Suite à ces trois horoscopes, vous aurez ensuite droit au vôtre, perso,  d’abord sous la forme « Vous et les autres signes » afin que vous ayez les outils pour bien vous entendre avec votre conjoint et avec votre employeur, quel que soit leur signe, puis vos prévisions signe par signe, décan par décan, où l’on lit les mêmes discours pontifiants et moralisateurs à chaque ligne.

Mais l’essentiel pour l’astrologue n’est-il pas de faire tourner un monde consensuel, peuplé de couples unis, d’enfants charmants, de foyers chaleureux, une vie douce comme le souffle d’Omar, et tant pis si le cerveau en reste calme et mou.

Publié dans Astrologie

Commenter cet article

Francois 10/11/2008 13:36

je comprends que pour en parler il faut le lire, mais jamais je ne mettrais ne serait-ce qu'un penny pour l'achat de ce genre de bouquin, enrichissant par la même occasion ce genre de charlatan, tout en les confortant dans leur pratique.

olympe 09/11/2008 11:02

essayons de la fairec mentir sur la place des femmes.Malheureusement elle risque d'acoir raison ârcequ'au niveau mondial il y a beaucoup de choses qui régressent pour les femmes.

Didier Barthès 09/11/2008 09:47

Ah pas de chance pour Elisabeth ! Pour une fois qu'un astrologue veut faire référence à un savant, il faut qu'elle choisisse celui qui en astronomie s'est le plus trompé et dont les théories ont enfermé l'occident pour 1500 d'erreur. Aristote était un grand savant cependant il avait tort à peu près sur tout en matière scientifique. Le rapport entre l'intelligence et la véritié prend des chemins de traverses. Sauf bien sur chez les astrologues qui évitent les deux avec une cohérence que l'on ne peut que leur reconnaitre