Des OVNIS et des PANS dans nos dictionnaires

Publié le par Agnès Lenoire

L’Objet Volant Non Identifié (OVNI) est  la traduction de l’acronyme UFO (Unidentified Flying Object). OVNI était donc d’abord un sigle, et comme ce sigle se prononce comme un mot ordinaire, il devient « acronyme ». Mais il fut tant usité, tant parlé, tant diffusé qu’il devint un nom commun : l’OVNI, ou ovni.  Drôle de statut que celui de n’être ni mot, ni sigle, ni plus vraiment acronyme. D’où la diversité de ce que l’on trouve dans les livres ou articles à leur sujet. On trouve même le pluriel d’OVNI avec un « s » minuscule accolé au sigle en majuscules. Bizarreries dans les efforts d’adaptation langagiers…. Et les dictionnaires ne nous aident pas beaucoup.

Le Grand Larousse Encyclopédique en 15 volumes de 1984 écrit aussi « OVNI », mais comme tous les mots de ce dico sont en majuscules, on ne sait pas leur intention. Il détaille bien les initiales, faisant référence à l’origine anglophone. Il nous informe aussi que depuis 1977, un organisme du CNES, le GEPAN, répertorie les OVNI, et qu’il en reste 5 % d’inexpliqués. Pour rappel, sur le site du GEIPAN actuel, en 2008, c’est 28 % qui sont désormais inexpliqués…
Le Petit Larousse de poche de 1990 indique un OVNI écrit tout en majuscules (alors que tous les autres mots y sont présentés en minuscules). Il privilégie donc le sigle, mais ne donne pas la définition des initiales qui le composent. Il a l’excuse de son petit format.
Pour Wikipédia en ligne, l’acronyme est devenu un nom commun, mais seulement dans le langage populaire, et dans le registre de la métaphore. Il donne en exemple : « Un ovni dans le paysage politique ». Cette expression me semble pourtant plus relever du langage journalistique que d’une culture populaire. Qu’il y ait une culture de la rue mise au ban des études sérieuses qui parlent un autre langage (les ufologues ?) me paraît à la fois absurde et faux. Toute la culture ufologique correspond à celle de l’homme de la rue, ce qui inclut tout le monde. Les pilotes ou les militaires observateurs d’ovnis n’ont pas le monopole du langage technique sur ce qu’ils voient, surtout quand ils n’identifient pas.
 
Le Petit Robert électronique de 2002 écrit « ovni » en minuscules, l’annonce comme nom masculin et détaille son origine.
Grâce au Robert, on dispose d’un nom commun utilisable en français, qu’on peut décliner au pluriel sans être pris en faute, et qui est compris de tout un chacun.
Sur le site du Groupe d’Études et d’Information des Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés (GEIPAN), le mot « ovni » est banni. Remplacé par une incongruité : Phénomène Aérospatial Non identifié, (PAN). Pourquoi ? Parce que ce qui a été vu par des observateurs n’est pas obligatoirement un « objet », mais peut aussi être un phénomène lumineux. C’est une bonne raison. Mais que doivent penser ceux ou celles qui ont vu des objets se poser ? Il n’y a plus rien pour eux qui réponde à ce qu’ils ont vu ? Je crois plutôt que l’introduction de « PAN » par le GEIPAN répond surtout à un désir de rompre avec une tradition qui porte préjudice à l’ufologie, et de faire croire à un certain angélisme dans leur approche des cas qui leur sont soumis.  De plus ce sigle aura bien du mal à s’intégrer à la langue car il est doté d’une drôle de prononciation. On doit en effet le dire  comme une onomatopée : « Pan ! ». Dirons-nous un jour : « J’ai vu, tu as vu, nous avons vu un pan dans le ciel de France. » ? Je pense que ce sigle-là mettra bien du temps à se couler, ou ne se coulera jamais, comme un nom commun dans notre langue. Le GEIPAN a créé un langage technique inusité, et laisse entendre, en bannissant un mot compris de tous, qu’il détient un savoir scientifique et technologique, difficilement accessible. L’image du CNES serait-elle en jeu ?

 

Publié dans Ufologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

buckwild 03/12/2011 06:09


"Il n’y a plus rien pour eux qui réponde à ce qu’ils ont vu ? Je crois plutôt que l’introduction de
« PAN » par le GEIPAN répond surtout à un désir de rompre avec une tradition qui porte préjudice à l’ufologie, et de faire croire à un certain angélisme dans leur approche des cas qui
leur sont soumis."


 A mon tours de spéculer, à mon sens, l'une des raisons qui fait que le CNES utilise cette terminologie, c'est pour
rompre avec le préjugé qui veut que l'on associe OVNI à ET et ce que l'on soit sceptique, partisan de l'HET ou neutre. C'est une question culturelle.


 


++


Buck

Buckwild 03/12/2011 06:01


Bonjour,


C'est faux, il existe bien une terminologie équivalente en anglais. UAP :


http://www.uapreporting.org/


++


Buck

Jean-Michel Abrassart 09/04/2008 10:50

Bonjour,Tout à fait d'accord avec votre analyse de l'étrange terminologie du GEIPAN: elle ne sert qu'à donner une apparence de sérieux.La terminologie est d'autant plus bizarre qu'elle n'est utilisée que par eux. Il n'y a aucun équivalant dans la langue anglaise, qui est la langue de la science aujourd'hui.Sceptiquement vôtre,