Les OVNI du CNES – 30 ans d’études officielles 1977-2007

Publié le par Agnès Lenoire

 

OvnisCNES.JPGDavid Rossoni, Éric Maillot, Éric Déguillaume

Éditions Book-e-book, 2007, 28 €

En vente sur http://www.book-e-book.com/


 
"Il reste plus facile de prétendre une affaire inexpliquée que de l'investiguer correctement de manière à exclure formellement les méprises potentielles." Extrait, page 262.

Une vénérable institution française, le Centre National d’Études Spatiales, abrite un service d’études des ovnis depuis 1977. Pourquoi pas ? Ce qui est observé dans le ciel par nos concitoyens et qui les inquiète par son étrangeté doit leur être expliqué, personne ne le contestera. Et pourtant…. il se trouve que le service d’études du CNES, appelé d’abord en 1977 Groupe d' Études des Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés (GEPAN) puis Service d’Études des Phénomènes de Rentrées Atmosphériques (SEPRA), enfin GEIPAN depuis 2005 (identique au premier cité mais l’Information en plus) pêche sur plusieurs points et ne peut guère revendiquer ni rigueur ni objectivité.

Ce livre fera donc date. Car il démontre de façon brillante que la méthodologie et la rigueur ont été les grandes absentes de la plupart des enquêtes effectuées depuis 30 ans au sein de ce service,  tant elles ont été guidées par la passion soucoupiste de leurs dirigeants successifs (qui finalement  ont écrit des ouvrages pro-ovnis). Ils ont ainsi mené des investigations  entachées de biais de raisonnement et souffrant de lacunes méthodologiques graves, afin de pouvoir classer des observations comme étant « inexpliquées », alors qu’ils avaient négligé des pistes simples et naturelles. Cet ouvrage  expose d’abord l’historique de ce petit service ufologique, et nous conte les actions de ses deux principaux directeurs militants, Claude Poher puis Jean-Jacques Vélasco. On y découvre combien leurs déclarations de neutralité et de scientificité  sont contredites par leurs démarches, plutôt orientées dans le sens du mystère et de l'inconnu. Ce qui explique les 28% de phénomènes non-identifiés (PAN D) affichés sur le site du GEIPAN. Un pourcentage énorme, qui, si les enquêtes avaient été menées sérieusement, auraient fondu comme neige au soleil.

Puis neuf grandes enquêtes sur des cas très médiatisés nous sont exposées ; elles ont été reprises par nos trois enquêteurs. Plusieurs d'entre ces cas (Cussac, Trans-en-Provence), ont été, et sont encore considérés, comme une vitrine pour C. Poher et J.-J. Vélasco qui affirment qu'ils sont  « scientifiques ». Nos trois compères zététiciens sont retournés sur le terrain, ont retrouvé des témoins, mais aussi épluché les archives et le net. Ils confirment que les conclusions des enquêtes officielles n’avaient pas exploré toutes les hypothèses, même les plus évidentes. Entre 1977 et 2007, le « désir d’ovnis » fut le plus fort, même au sein  d’un vénérable organisme scientifique comme le CNES. Les arguments de cet ouvrage ne peuvent se réfuter : ils sont solidement étayés, documentés, référencés. Les auteurs ne sont pas non plus novices dans ce domaine ; ils ont forgé depuis longtemps leurs outils critiques. Ne boudez pas votre plaisir : partez à la poursuite des ovnis et autres « PAN  alphabétiques », et vous constaterez que ce document de plus de 400 pages, au style alerte et précis, se lit comme un polar.  

 

Publié dans Notes de lecture

Commenter cet article

BAU DOM 19/10/2011 23:20



Ce livre est une désolation à l'état pur de ce que l'ignorance du sujet, affublée
d'un désir de brouiller les pistes peut accomplir... ! 
5 milliards d'années d'évolution de la vie pour créer l'intelligence humaine et en faire un tel gâchis, c'est impressionnant!

Par exemple comme cette explication de Mr Maillot (vu à la télé) au sujet de l'atterrissage de Trans-en-provence: 
Les ripages de pneumatiques, utilisés uniquement comme idée de comparaison par les gendarmes, dans le cas de l atterrissage de Trans-en-provence. 
COMPARAISON ET NON AFFIRMATION de trace de pneu mais qui a permis à ceux qui veulent brouiller les pistes (il faut bien les définir comme tels) de dire que la trace avait été amalgamée pour
étayer le témoignage. 
C'est une insulte à la gendarmerie et au staff du GEPAN (qui deviendra le SEPRA puis GEIPAN) qui confirme, par la voix de son ex-directeur de l'époque, suite aux dire de ce Monsieur maillot peu
scrupuleux de faire la lumière sur ce phénomène OVNI, qu'il n'y avait aucune trace de pneu sur cette restanque en janvier 1981. Ce sont eux les vrai enqueteurs , il me semble. 
Renato Nicolai confirme d'ailleurs dans une émission de TV qu'il y a eu des passages de camions par cette restanque lors des travaux de la maison donc des années avant mais que ce n'était plus le
cas en 81. Et que cette restanque n'était pas comme elle était, lors de ces travaux! Qu'elle avait été modifiée ! 
Mais un témoin qui ne confirme pas les dires de Maillot, n'est pas un bon témoin pour ce Monsieur !!! 
Donc ces vieilles traces de pneus avaient disparues. 
De plus, les gendarmes ont noté une trace parfaitement circulaire (avec prise en photo qu'on peut voir sur le site actuel du CNES : geipan.fr) avec à 2 endroits (dans la trace) COMME des ripages
de pneus. On est dans la comparaison pour essayer de décrire une trace et non pas dans l'affirmation, je le répète pour appeler un chat un chat ! 
Et il est évident que autant les gendarmes avec leur PV que le GEPAN aurait parlé d'une trace de pneu si cela avait été le cas... 
De meme, ces affirmations, trop faciles, que des enquêteurs privés ont piétiné la trace ! 
Moi, sur la photo du GEPAN, je ne vois aucun piétinement ! 
Mais selon l'adage accusez, il en restera toujours quelque chose! 
NE SOYONS PAS DUPE ! 
Et comment, dans ce livre, on affirme des mensonges pour étayer de fausses pistes et en faire un livre, çà, c'est plus mystérieux que les OVNI ! 
Livre totalement à coté de la réalité des témoignages et qui ne tient aucunement compte des faits réels mais ces messieurs cherchent sans succès à réinventer la roue... 
Tout est absolument navrant dans ce livre ! 
On apprend rien de nouveau mais on ressent quelque chose de méprisant pour les témoins et les enquêteurs officiels. 
Ce gâchis d'interprétations est quasiment insupportable.



Saint Pingouin 03/09/2009 15:29

Ce livre est sur ma liste, vous m'avez convaincue ! Salutations

Eric Déguillaume 26/03/2008 19:22

Bonjour,Merci pour cet aimable commentaire, Agnès.Concernant le fait d'ignorer le phénomène ovni, il s'agit moins d'éviter de prêter le flanc aux élucubrations complotistes - qui n'ont de toute façon pas besoin de ça pour exister, rappelons pour mémoire que certains ufomanes considèrent tout à fait sérieusement sérieusement qu'Eric Maillot travaille pour la CIA - que de tenir compte d'une réalité : les ovnis existent bel et bien, puisque les gens en voient et en rapportent. Le débat porte non sur leur existence, mais sur leur nature. Concernant l'interprétation "extraterrestre" de cette dernière, j'estime plus efficace de rappeler au public, par des travaux tels que le nôtre ou ceux d'autres "ufosceptiques", ce qu'elle est réellement : une spéculation certes stimulante sur le plan intellectuel, mais ne reposant aucun élément concret. Frapper "d'exclusive" l'hypothèse extraterrestre serait à mon avis contre-productif.Bien cordialement,Eric DéguillaumePS: si la plume de David Rossoni est effectivement d'une fluidité remarquable, ayez tout de même une pensée pour ses co-auteurs qui, même moindre, ont malgré tout fourni eux aussi leur part de travail. :-)

Agnès 26/03/2008 10:32

Je ne pense pas qu'il faille ignorer le phénomène ovni, sous peine d'accréditer la thèse du complot et du secret d'état. Mais ce qui pourrait être fait, si le CNES en avait la volonté, c'est former des équipes au GEIPAN qui comprennent aussi des membres sceptiques. Leur problème actuel, c'est qu'ils travaillent en cercle fermé de croyants.

Didier Barthès 26/03/2008 08:50

Et si on traitait les ovnis (en tant que objets supposés venir d'autres civilisations) comme on l'a fait un temps pour le mouvement perpétuel ? C'est à dire si on arretait de faire attention à cette hypothèse, sinon on risque de retomber toujours dans le piege que vous dénoncer, les responsables finiront par ecrire des articles pro soucoupes volantes