Élection de miss et mascarade Fontenay : démission immédiate !

Publié le par Agnès Lenoire

Miss-Olympe.JPG"De Fontenay Geneviève : variété de pomme de terre." Stéphane Guillon, extrait du sketch "Dictionnaire des noms propres en 2030".

Les élections de miss me hérissent depuis longtemps. L’affaire qui émerge suite à l’élection de miss France 2008 montre à quel point cette élection n’a plus sa place dans notre société. Quand s’écroulera ce système inique de foire aux bestiaux ?  L'heureuse élue a fait des photos équivoques il y a trois ans. Et alors ? Aucune jeune femme n’est un ange de pureté, c’est juste un être humain imparfait, comme les hommes, à qui on n’en demande pas tant. Il y a eu signature d’un contrat de bienséance où la jeune miss attestait ne s’être jamais prêtée à ce type de photos. Il y a donc eu rupture de ce contrat. Mais comment un tel document d'un autre âge peut-il être proposé à une femme ?   Comment peut-on encore, à l’heure de l’égalité hommes-femmes, imposer un engagement de moralité à ces jeunes filles ? Cela ressemble terriblement aux exigences religieuses : beauté juvénile, soumission, encadrement par une matrone, diffusion d’une parole sans vague et sans défaut. Des statues de vierges en somme; au pied desquelles la société se prosterne, via le petit écran. Sans compter que les madones de nos églises sont le plus souvent des martyres et que ça en dit long sur le statut de la femme en général. Comment faire entendre ensuite les revendications féministes non seulement d’égalité de salaire, mais aussi de traitement dans les médias ? Il y eut les célèbres Petites filles modèles (1857) de notre comtesse de Ségur bien-pensante, puis il y eut la série des Martine, ce best-seller de mes années de jeunesse (1953 : parution du premier album Martine à la ferme). La petite Martine si lisse, sans un pli de grimace, sans un pli de rébellion, s’est incarnée en « miss » de nos écrans, éblouissante. Coïncidence ? : les albums de Martine sont réédités ; ils ont un joli succès en librairie. Il n’y a pas coïncidence : une pression se fait nettement sentir en faveur du retour de la féminité-maternité, traditionnelle et nostalgique. Fillettes, jeunes filles, soyez sages ! ordonne notre grande Fontenay à travers les mascarades qu’elle organise. J’aimerais lui ordonner à mon tour : madame Fontenay, démissionnez !
Dessin de José Tricot

Publié dans Egalité des sexes

Commenter cet article

stéphane 24/12/2007 13:43

On ne peut qu’applaudir à ce coup de gueule ! On aimerait que ces élections de Miss n’aient plus leur place dans la société et on ne  peut que se féliciter que l’émission de télé ait perdu plus d’un million de téléspectateurs depuis l’an dernier,et plus de 4 millions depuis le pic de 1998. Mais ça fait encore plus de 8 de personnes pour apprécier cet étalage que vous qualifiez à juste titre de foire aux bestiaux. Madame de Fontenay n’est d’ailleurs pas loin de reprendre à son compte cette métaphore animalière en déclarant « Miss France, c'est l'émanation de la France profonde, l'ambassadrice des produits du terroir, le folklore, les traditions [...], c'est la France rurale dont on sent battre le cœur » . Associer Miss Midi-Pyrénées au cassoulet ou Miss Bourgogne à la charolaise, quoi de plus honteusement réactionnaire ? Faut-il que cette société véhicule des images terriblement sexistes et misogynes pour que des jeunes filles de 20 ans rêvent de porter l’écharpe de la plus belle femme de l’année ! Belle , mais pure, une femme n’accédant au statut d’être digne de considération que si elle se conforme à l’image pieuse de la Vierge. C’est intolérable. Bonne suite pour votre blog.Stéphane

Jean 22/12/2007 13:57

Souhaitons que tu sois entendue et, puisque c‘est bientôt le temps de vœux, que tu continues, en 2008, à porter sur la société qui nous entoure ce regard sceptique et décapant. Amitiés