Le GEIPAN, un site officiel pour les ovnis français

Publié le par Agnès Lenoire

t--te-ET.jpgLe nouveau site web, appelé GEIPAN, ouvert en mars 2006,  sous l’égide du CNES, et remplaçant le SEPRA (voir mon billet précédent), répertorie un peu plus de 500 cas  remontant jusqu’à 1982. Il manque encore ceux de la tranche 1977 (ouverture du premier GEPAN) – 1982. Cela devrait faire, au final, 6000 témoignages répertoriés, et affichés en toute transparence, portant sur 1600 affaires (3000 procès-verbaux) Pour un peu plus de détails, lire mon article de juin 2006 sur le site de l’Association Française pour l’Information Scientifique. Il ne reste plus que  6 ans à couvrir et 1 100 affaires à nous présenter… transparence oblige. Comment vont-ils faire pour nous servir 1 100 cas qui seraient restés dans les archives des 5 premières années du service, alors qu’ils n’en ont publié que 500 pour les 25 dernières années ? Il faudra bien y aller faire le compte de temps en temps, afin de vérifier que la totalité y figure. 
Allez faire un tour sur leur site, en rubrique « Qu’est-ce que le GEIPAN ? », vous allez y trouver une définition des ovnis, ufos, et autres pans. Je ne comprends pas bien pourquoi le terme « ovnis » est réfuté par le service, alors que le mot est si bien intégré dans la langue française qu’il figure comme nom commun dans le Petit Robert et ne prend plus l’allure d’un sigle. Le mot « objet » les choque parce qu’il s’agit le plus souvent de phénomènes lumineux ayant lieu dans l’atmosphère, d’où leur nouveau nom : les PAN. Ne veut-on pas plutôt y voir un renouveau de l’ovni, ainsi nettoyé des préjugés qui l’entachent ? Nouveau mot, nouveau regard, plus technologique, plus sérieux ? 
En page d’accueil, le GEIPAN nous propose une classification des PAN, copiée ci-dessous.

PAN de catégorie A : observation ayant été expliquée sans aucune ambiguïté.
PAN de catégorie B : observation pour laquelle l'hypothèse retenue par le GEIPAN est très probable.
PAN de catégorie C : observation non exploitable faute d'informations.
PAN de catégorie D : observation inexpliquée malgré les éléments en possession du GEIPAN.

Il s’agit d’un acte  a posteriori,  qui classe non pas l’observation, mais la résolution du phénomène. Contradiction dans l'appellation.
Le A ne me pose pas de problème. Le B est hypothétique mais m’interpelle par rapport au A. Une partie de ces phénomènes B doit recouper A, en une plage plus ou moins importante, ou alors c’est que le GEIPAN ne reconnaît jamais d’explication certaine. À cette intersection devraient se  situer les ovnis identifiés non pas « sans ambiguité », mais relevant d’une hypothèse au taux de probabilité important, pas pour autant retenue par le GEIPAN. La catégorie B prétend que le seul GEIPAN détiendrait les explications ou hypothèses probables. Quant au D, elle semble incongrue. Aucune observation ne peut en effet se passer d’une hypothèse d’explication, même si la probabilité qui s’y rattache  est faible. En toute logique, cette probabilité doit être mentionnée. La classification est parcourue de compromissions qui entament largement sa rigueur scientifique.
Allons à présent consulter la rubrique « Statistiques ». Le premier diagramme est celui des « cas d’observation » par département. En abscisse, les départements, et en ordonnée, le nombre de cas. Prenons le 74 : y figurent 6 cas. Puis le 75, qui le côtoie  : 3 cas. Pour me faire une idée, je cherche dans la page une indication de durée, une date, un semblant de repère temporel qui rende les chiffres crédibles et analysables. Rien de rien. Nulle part. Je n’ai pas réussi à savoir si ces statistiques s’étalaient sur les années déjà compilées dans le catalogue des affaires répertoriées (de 1982 jusqu’à nos jours), ou bien si elles concernaient l’année en cours, ou bien l’année dernière, ou bien… n’importe quand. Ainsi présentés, les chiffres ne signifient strictement rien. Le second diagramme, par région, souffre de la même lacune. Seul le dernier, concernant la classification en PAN A, B, C, D, est corrélé à l’année. Mais là, comme on vient de le voir plus haut, c’est la classification d’origine qui est lacunaire. Les diagrammes sont donc là d’abord pour impressionner le néophyte qui va y voir beaucoup de connaissance scientifique. 
Le catalogue des affaires s’arrête à la lisière de 1982. La prochaine fournée va concerner l’année 1981. Une fameuse année pour tous les croyants, lesquels vouent un culte au cas de Trans-en-Provence, cas prétendument scientifique,  mais surtout relayé comme tel par les médias. À surveiller sur le site du GEIPAN.

Publié dans Ufologie

Commenter cet article

Didier Barthès 03/12/2007 16:51

Vous connaissez ma définition des ovnis ?Objets rendant systématiquement les photos floues !ca ne donne rien quant aux intiales mais je vous assure que c'est très justesAmitiésDidier