La vie secrète des arbres

Publié le par Agnès Lenoire

Peter Wohlleben, La vie secrète des arbres

Ce qu’ils ressentent, comment ils communiquent.

Éditions Les Arènes, 2017, 261 pages, 20,90 €.

 

 

 

Best-seller en Allemagne (650 000 exemplaires vendus !), traduit en 32 langues, voici un ouvrage qui mérite bien son succès... Son auteur est ingénieur forestier à Hümmel, commune située au sud de Cologne. Pendant longtemps il géra son massif forestier de façon froide et sans états d’âme, en se basant sur la valeur marchande des arbres. Ce sont les touristes et visiteurs qui lui ouvrirent les yeux. Eux s’extasiaient  devant des formes bizarres, noueuses, là où lui ne voyait que des sujets déclassés. Ce fut le début d’une démarche différente, d’une curiosité inépuisable vis-à-vis de ces êtres vivants, qui vont le mener à investiguer auprès des scientifiques.

 

Les découvertes vont être phénoménales, au point que la commune de Hümmel va accepter une gestion écologique de sa forêt, qui mènera à la création d’une forêt ancienne au sol intact, où seules les pratiques forestières indispensables ont lieu (prélèvements parcimonieux), sans engins de chantier qui tassent le sol et tout ce qui y vit, mais avec des chevaux de traits.

 

L’arbre est en effet non seulement intelligent mais doué de sensibilité. Il aime vivre en société – les arbres les plus vieux sont en forêt -, il signale les attaques d’insectes ou champignons à ses voisins par des messages chimiques aériens, il soutient les arbres en difficulté par sécrétion de glucides au voisinage de leurs racines en utilisant le réseau de mycélium du sol. Il gère aussi l’apport de glucides au petit qui pousse à ses pieds. Quand un afflux de lumière se déverse (arbre voisin qui s’écroule par exemple), le jeune écervelé précipite sa croissance. L’adulte va alors ralentir l’afflux de glucides qu’il envoie dans ses racines; en effet un jeune qui croît rapidement verra ses feuilles devenir trop tendres et sera vite ravagé par les herbivores. Il n’y survivrait pas.

 

Il est aussi doué de proprioception, c’est-à-dire qu’il sait dans quel sens pousser. Jusqu’à présent on pensait qu’un arbre poussait droit parce qu’il se dirigeait vers la lumière située vers le haut et que la gravité lui gardait les pieds dans le sol. Mais des expériences avec de jeunes pousses de hêtres ont montré tout autre chose : un tout jeune hêtre est, en laboratoire, mis en apesanteur dans une machine, et la lumière lui parvient de tous les côtés. La machine tourne sans cesse. Le hêtre continuera de pousser droit, envers et contre toute perturbation. Vous pouvez voir cette expérience dans le reportage d’Envoyé spécial du 26 octobre 2017.

 

Vous apprendrez bien d’autres choses extraordinaires : Comment les arbres affrontent-ils les tempêtes ? Ils s’épaulent ! Comment savent-ils que c’est le printemps ? Ils évaluent la température par rapport à la longueur du jour.  Comment vivent-ils en ville ? Mal. Comment se soignent-ils ? Ils élaborent des phytoncides (antibiotiques).

 

Mais Peter Wohlleben est aussi un conteur magnifique; laissez-vous emporter par sa belle écriture alerte, et déambulez avec lui sous les majestueux houppiers de la forêt. Vous ne la verrez plus jamais comme avant !

 

Son livre a aussi fait l’objet d’un grand album illustré (29,90 €), d’un « audiolib » lu par Thibault de Montalembert (22,90 €), et d’un documentaire de 45 minutes, de Julia Dordel et Guido Tölke, diffusé au cinéma en octobre 2017. Peter Wohlleben a aussi participé à l’émission Envoyé spécial mentionnée plus haut.

Publié dans Notes de lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article