Le poids de la preuve

Publié le par Agnès Lenoire

Sur le site de CORTECS (Collectif de recherche transdisciplinaire esprit critique & sciences), un article  "La maxime de Hume et le poids de la preuve", me laisse perplexe. Non que je ne rejoigne pas les objectifs de la communauté des sceptiques - il en va de notre bien-être mental de pouvoir exercer notre discernement, mais je vais juste "pinailler" un peu sur le terme de "preuve".

Quelle attitude avoir face à quelqu'un qui nous dit qu'il existe des ovnis, des fantômes, ou une génération spontanée (bon d'accord, ça doit être plus rare). Ce sont des affirmations extraordinaires pour notre quotidien et l'on doit exiger des preuves. 

Carl Sagan le disait ainsi : "Des prétentions extraordinaires nécessitent des preuves extraordinaires"

Hume l'exprimait ainsi : "Un homme sage, donc, proportionne sa croyance aux preuves."

 Laplace affirmait, lui : "[...] nous devons les examiner avec une attention d'autant plus scrupuleuse qu'il paraît plus difficile de les admettre."   

Je trouve que Laplace apporte une nuance décisive. Contrairement à Sagan et Hume, il ne met pas en avant le poids ou la qualité de la preuve, mais plutôt "une attention plus scrupuleuse" à l'analyse du phénomène. Ce qui se situe en amont de la preuve, pas au moment de son élaboration.

Ce qui me gêne en fait, c'est que la preuve soit considérée dans cet article comme plus ou moins fiable, plus ou moins extraordinaire, plus ou moins proportionnée, donc mouvante. Une preuve est, selon le Petit Robert, "ce qui sert à établir qu'une chose est vraie". Je n'y détecte pas de nuance.

Alors quid de ce surcroît de vérité exigée pour croire ou non dans un fait paranormal  ? Il n'a tout simplement pas de sens. Une preuve, si elle en est une, suffira. Si elle ne suffit pas, c'est que, soit vous n'avez en votre possession qu'un faisceau de présomptions pour conforter votre croyance, soit que vous êtes de mauvaise foi, ce qui peut être un moyen facile de maintenir coûte que coûte votre superstition. 

Ce qui fait sens par contre, c'est ce que Laplace préconise : une attention particulière, scrupuleuse, au phénomène présenté. Surtout ne rien laisser passer, aucune piste, aucun indice pouvant servir à élaborer une démonstration et établir une preuve. Démonter une croyance suit les mêmes règles qu'une enquête policière ! 

J'ai bien pinaillé sur une question de vocabulaire, mais CORTECS reste un collectif intelligent et indispensable à toutes.tous ! 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :